L’Académie des Oscars avait ouvert une enquête suite à la nomination de cette actrice britannique, peu connue du grand public.
Sur les réseaux, de nombreux internautes dénonçaient la mobilisation des stars pour l’interprète du drame indépendant "To Leslie".
Visiblement embarrassés, les organisateurs ont finalement reconnu qu’il n’y avait pas matière à l’exclure de la cérémonie le 12 mars prochain.

L’Académie des Oscars s’est-elle mise dans l’embarras pour rien ? Après le tollé déclenché par la nomination le 24 janvier de l’actrice britannique Andrea Riseborough pour son rôle dans To Leslie, le drame indépendant de Michael Morris, la prestigieuse institution avait annoncé vendredi dernier l’ouverture d’une enquête pour s’assurer que la compétition était conduite "de manière juste et éthique".

Pour de nombreux internautes, et une partie de la profession, cette comédienne peu connue du grand public aurait bénéficié de la campagne de soutien orchestrée depuis plusieurs semaines sur les réseaux sociaux par des stars hollywoodiennes comme Kate Winslet, Gwyneth Paltrow, Charlize Theron ou encore Jennifer Aniston. Certaines allant même jusqu’à organiser des projections privées pour quelques-uns des 1302 votants du collège des acteurs.

Nous avons découvert des tactiques de campagne sur les réseaux sociaux qui ont suscité des inquiétudes
L'Académie des Oscars, dans un communiqué

Les plus virulents reprochaient à cette mobilisation inédite d’avoir écarté de la course à l’Oscar deux prétendantes noires, Viola Davis et Danielle Deadwyler, stars respectivement de The Woman King et Emmett Till, deux films de studios pourtant bien plus médiatisées. De là à remettre en cause la présence d’Andrea Riseborough à la cérémonie le 12 mars prochain ? 

"L’activité en question n’a pas atteint un niveau nécessitant l’annulation de la nomination du film", a annoncé mardi soir l’Académie des Oscars, dans un communiqué très politique. "Cependant, nous avons découvert des tactiques de campagne sur les réseaux sociaux qui ont suscité des inquiétudes. Ces tactiques sont abordées directement avec les parties responsables."

Depuis l’ouverture de l’enquête, de nombreux professionnels se sont exprimés dans la presse spécialisée, certains en off, d’autres à visages découverts, pour reprocher à l’Académie de céder aux pressions des grands studios, au détriment d’une petite production indépendante. C’est notamment le cas de la comédienne Christina Ricci qui a estimé sur Instagram que sa collègue n’était "pour rien" dans la campagne de ses pairs. "Honte aux Oscars s’ils lui retirent sa nomination", s'était-elle emportée.

Dans To Leslie, Andrea Riseborough incarne une femme qui tente de reconstruire sa vie après avoir dilapidé l’argent qu’elle a gagné à la loterie. Cette comédienne de 41 ans, qu’on a pu voir dans Oblivion, Birdman ou encore Possessor s’était déclarée très émue de figurer parmi les listes des nommés à l’Oscar de la meilleure actrice face à Cate Blanchett, Michelle Yeoh, Ana De Armas et Michelle Williams.

"Chaque année, les lumières brillent davantage sur certains que sur d’autres, peut-être pour des raisons d’argent, même si j’essaie de ne pas être trop cynique", avait-elle déclaré à Deadline. "C’était vraiment spécial de se sentir soutenue par la communauté des acteurs et d’avoir la sensation que mon travail a émergé grâce à eux." Sorti sur quelques écrans aux États-Unis où il a amassé à peine 25.000 dollars de recettes, To Leslie est encore inédit en France.


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info