L’arrivée d’un emoji d’homme enceint sur iPhone ne plaît pas à tout le monde

Jérôme Vermelin
Publié le 4 février 2022 à 16h35
L’arrivée d’un emoji d’homme enceint sur iPhone ne plaît pas à tout le monde

Source : Apple

L’emoji d’un homme enceint sera disponible à la mise à jour de l’iPhone, fin mars.
Une innovation qui vise à prendre compte la grossesse des personnes transgenres.
Outre-Atlantique comme en France, cette innovation divise conservateurs et progressistes.

C’est une petite surprise made in Apple. En effectuant la mise à jour iOS 15.4 au printemps prochain, les utilisateurs d’iPhone auront à leur disposition plusieurs émojis tout frais tout beaux parmi lesquels… un homme enceint, une main sur son ventre tout rond, mais aussi un personnage aux traits non genrés lui aussi enceint, qui viennent tous les deux s’ajouter à l’émoji de femme enceinte, déjà existant de longue date. 

Annoncés depuis plusieurs mois dans la presse professionnelle, ils ont été mis au point par Unicode Consortium, la société californienne qui les développe pour le compte des géants de la Big Tech. Pour Jeremy Burge, le fondateur d’Emojipedia, le site qui documente l’usage de ces petits personnages omniprésents dans les conversations numériques, il s’agit de "montrer que la grossesse est une possibilité pour les hommes transgenres et les personnes non binaires".

"L'alliance du woke et de la Silicon Valley" ?

Outre-Atlantique, cette vision progressiste de la société n'est pas au goût de tout le monde. "L’homme enceint n’existe pas”, écrit l’éditorialiste Tammy Bruce sur le site de la chaîne Fox News, qui a déjà consacré plusieurs débats au sujet. "Il y a des femmes biologiques qui se déterminent comme des hommes, mais dont le système reproductif est intact et qui sont donc capable de tomber enceinte."

"Au collège, j’ai satisfait aux exigences scientifiques en prenant des cours de géologie – maintenant je vois ce que j’ai manqué – ces cours de biologie auraient aidé à expliquer le nouvel émoji homme enceint", ironise pour sa part Sean Spicer, éphémère porte-parole de la Maison Blanche sous la présidence de Donald Trump.

Le débat est également lancé en France où, dans une tribune publiée dans Le Figaro, l’éditorialiste Eugénie Bastié dénonce "l’alliance du woke et de la Silicon Valley". Pour elle, ces nouveaux émojis sont "les marqueurs d'une révolution insidieuse des mentalités, selon une mécanique d'ingénierie sociale visant à nous faire accepter une humanité nouvelle, déconstruite et multiculturelle."

Selon la définition donnée par Amnesty International, une personne transgenre, ou trans, est une personne dont l’expression de genre et/ou l’identité de genre s’écartent des attentes traditionnelles reposant sur le sexe assigné à la naissance. On dispose de peu statistiques sur leur part dans la population mondiale. Encore moins sur celle des individus nés femmes qui ont donné naissance à des enfants.

Lire aussi

En 2010, le Livre Guinness des records a reconnu l’Américain Thomas Beatie comme le premier homme marié à donner naissance à un enfant. Né femme, et devenu légalement un homme en 2002, il a accouché de trois enfants en 2008, 2009 et 2010. Puis en 2011, l’Israélien Yuval Topper, né dans un corps de femme, est devenu papa pour la première fois. Avec son compagnon, ils ont eu deux autres enfants depuis.

Dans le film français A Good Man, sorti en novembre dernier, Noémie Merlant interprète Benjamin, un homme trans, né dans un corps de femme, qui décide de porter le bébé de son couple, sa compagne Aude ne pouvant avoir d’enfant. "Un jour, des couples comme celui que forment Benjamin et Aude seront considérés comme parfaitement ordinaires", expliquait la comédienne à 20 Minutes


Jérôme Vermelin

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info