L'écrivain péruvien Mario Vargas Llosa élu à l’Académie française

R.H. avec AFP
Publié le 26 novembre 2021 à 11h30
Mario Vargas Llosa au palais Carondelet à Quito, le 27 septembre 2021.

Mario Vargas Llosa au palais Carondelet à Quito, le 27 septembre 2021.

Source : AFP

NOMINATION – Le lauréat du prix Nobel de littérature 2010 âgé de 85 ans entre sous la coupole, alors qu'il a dépassé la limite d'âge pour se présenter à cette élection fixée à 75 ans.

L'écrivain péruviano-espagnol Mario Vargas Llosa a été élu ce jeudi à l'Académie française. Le romancier a obtenu au premier tour 18 voix, contre une pour le réalisateur Frédéric Vignale, un blanc et deux nuls. Agé de 85 ans, le lauréat du prix Nobel de littérature de 2010 devient une exception à l'âge limite. Sa candidature avait été retenue par les Immortels alors que depuis 2010, il faut avoir moins de 75 ans pour se présenter à cette élection. En revanche, il n'existe aucune règle quant à la nationalité. 

D'autres étrangers ont ainsi été élus à l'Académie par le passé, comme l'Américain Julien Green et l'Algérienne Assia Djebar, aujourd'hui décédés ou le Canado-Haïtien Dany Laferrière, qui y est entré 2013. En revanche, et c'est sa particularité, Mario Vargas Llosa n'a jamais publié en français. Il le parle couramment, pour avoir immigré à Paris en 1959, mais n'écrit qu'en espagnol. Élu à l'Académie royale espagnole en 1994, il vit aujourd'hui à Madrid.

Lire aussi

Sur les 40 sièges de l'institution, 5 sont encore vacants

Son œuvre traduite en français, essentiellement aux éditions Gallimard, est abondante, depuis La Ville et les Chiens en 1966, jusqu'à Temps sauvages en 2021. Il a été le premier écrivain étranger à entrer à entrer de son vivant dans la prestigieuse collection de la Pléiade, en 2016.

Né à Arequipa (sud du Pérou) le 28 mars 1936, cet enfant de la classe moyenne se destine aux études littéraires à Lima puis Madrid, et au journalisme. Son talent d'écrivain fera de lui l'une des figures de la révélation au monde de la littérature latino-américaine dans les années 1960, aux côtés du Colombien Gabriel García Márquez, de l'Argentin Julio Cortázar ou des Mexicains Carlos Fuentes et Juan Rulfo. Il a aussi eu une carrière politique, avec une candidature à la présidence du Pérou en 1990, résolument à droite. Il y a affirmé des opinions libérales controversées.

Des difficultés pour attribuer les sièges vacants

L'Académie française n'avait pas accueilli de lauréat du Nobel depuis François Mauriac, élu en 1933, récipiendaire du prix suédois en 1952, et décédé en 1970. Sur les 40 sièges de l'institution conçue comme la gardienne de la langue française, cinq restent vacants, et les 35 autres sont occupés par 29 hommes et six femmes.

Faute de candidatures de valeur, l'Académie éprouve des difficultés notoires à attribuer ces sièges vacants. Son influence a reculé, le prestige de l'"habit vert" n'est plus du tout le même qu'au siècle précédent, et beaucoup de linguistes jugent ses avis non pertinents. Le fauteuil pris par le Péruviano-Espagnol est le numéro 18, précédemment occupé par le philosophe Michel Serres, et avant cela, entre autres, le philosophe Alexis de Tocqueville, le maréchal Foch ou l'ancien chef de gouvernement Edgar Faure.


R.H. avec AFP

Tout
TF1 Info