"L’Emprise du vice" : le film avec Alyssa Milano qui enflamme Netflix vaut-il le coup de chaud ?

Delphine DE FREITAS
Publié le 17 janvier 2022 à 15h05
Alyssa Milano mène l'enquête pour Netflix dans le film "L'emprise du vice".

Alyssa Milano mène l'enquête pour Netflix dans le film "L'emprise du vice".

Source : Netflix

ON ZAPPE – La star de "Charmed" enquête sur le meurtre de sa sœur dans cette adaptation plate d’un best-seller. Le vrai mystère n’est pas de savoir qui est le tueur mais comment cette fiction a bien pu se hisser en tête des programmes les plus regardés de la plateforme.

"Tout le monde a des secrets", lance Alyssa Milano en toute fin d’une bande-annonce visionnée plus de 1,3 millions de fois sur YouTube. Celui de Netflix est moins confidentiel que la recette du Coca-Cola. Prenez un matériel hyper populaire, une tête d’affiche que le public adore et vous avez toutes les chances de trouver le succès auprès d’abonnés biberonnés aux algorithmes. Adaptation d’un best-seller de l’Américaine Nora Roberts, L’Emprise du vice a semble-t-il coché toutes les cases lui permettant de se hisser sur la première marche du podium. 

Pas franchement innovant, pas vraiment divertissant non plus et terriblement prévisible

Grace Miller, autrice de thrillers à succès, a fait fortune en écrivant sur des meurtres de femmes. La réalité rejoint la fiction quand sa sœur Kathleen est assassinée à son domicile. Déterminée à découvrir l’identité du coupable, la romancière va mener l’enquête avec son voisin policier qui lui fait de l’œil. Le vrai mystère n’est pas de savoir qui est le tueur mais comment cette fiction plate a bien pu s’imposer comme le programme le plus regardé de Netflix dès sa sortie jeudi 13 janvier.

Le New York Times en parle comme de "la version Cluedo d’une romance de Noël Hallmark". Une critique qui vise dans le mille tant on a eu l’impression de regarder un de ces téléfilms à suspense diffusés dans l’après-midi. Pas franchement innovant, pas vraiment divertissant non plus. Et terriblement prévisible. Grace découvre que sa sœur, professeure d’anglais, arrondissait ses fins de mois en jouant les dominatrices sur Internet. Sauf que l’univers des camgirls n’échappe pas à une représentation dark pleine de clichés.

Est-ce cette partie de l’intrigue qui a poussé certains à comparer L’Emprise du vice à 50 Nuances de Grey ? Sans doute. Mais à part trois coups de fouet inoffensif sur un canapé, on ne voit pas bien ce que partagent les deux histoires. Cette fiction n'est effrontée que dans son titre, Brazen en VO. Même Alyssa Milano et Sam Page, qu’on adorait dans Charmed et The Bold Type, ne viennent pas sauver grand-chose. 

Les notes catastrophiques sur IMDb (3,9 sur 10) et Rotten Tomatoes (15% d’avis positifs du public) auraient dû nous alerter. Quitte à passer 1h30 devant Netflix, on conseille plutôt aux fans de séries policières de se plonger dans un des documentaires "true crime story" dont la plateforme a le secret. Et aux amateurs de romance d’attendre l’arrivée de la saison 2 de Bridgerton le 25 mars. 


Delphine DE FREITAS

Tout
TF1 Info