Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

La vente d'exemplaires originaux : la solution du musée Rodin pour faire face à la crise

TF1
Publié le 6 septembre 2020 à 16h46
JT Perso

Source : JT 13h WE

ALTERNATIVE - Après plusieurs mois d'inactivité en raison de la crise du Covid-19, les musées tardent à retrouver une fréquentation normale. Pour renflouer en partie ses caisses, le musée Rodin, totalement auto-financé, a trouvé une solution : la vente de nouvelles éditions originales.

Comme de nombreux secteurs d'activité, le monde de la culture a énormément souffert de la crise du Covid-19, les musées voyant leur fréquentation réduite à néant durant plusieurs mois. Rouverts depuis fin juin, ils n'accueillent cependant qu'une petite partie de leur clientèle, les étrangers étant très nombreux à visiter les musées français chaque année. C'est notamment le cas du musée Rodin, situé dans le VIIe arrondissement de Paris et qui accueille en temps normal 75% de touristes étrangers. 

Réouvert depuis  le 7 juillet, il tourne actuellement à environ 25% de sa fréquentation habituelle à cette époque de l'année. Conséquence : son déficit pour 2020 est estimé à trois millions d’euros. Pour remédier à ses problèmes de trésorerie, le musée a développé la vente de plusieurs exemplaires des sculptures de l'artiste. Il ne s'agit ni de copie ni de reproduction, mais d'un nouveau tirage de la sculpture. Chacune peut être en effet éditée en douze exemplaires et pas un de plus, c’est la loi. Le musée Rodin étant ayant droit du sculpteur, il peut donc reproduire ses statues et les vendre à des collectionneurs ou à des musées.

Lire aussi

Le tirage numéro 5 de "La Voix Intérieure", une oeuvre originale coulée en bronze et créée en 1896, a ainsi vu le jour l'année dernière. Cette oeuvre s'achète pour un prix estimé entre 40 000 et 50 000 euros, quand les exemplaires des "Bourgeois de Calais" peuvent monter à un million d'euros. 

Interrogée par TF1, Catherine Chevillot, la directrice du musée Rodin, explique que "l’objectif est double". Selon elle, il s'agit d'"assurer le déploiement de son œuvre, le rayonnement de son œuvre à travers le monde et, d’autre part, assurer un revenu au musée, puisque, de par la volonté de Rodin, le musée Rodin est autofinancé en totalité et n’a pas de subventions de l’Etat pour son fonctionnement."


TF1

Tout
TF1 Info