"Je ne me cacherai plus" : s'estimant "défigurée", Linda Evangelista sort de l’ombre

Delphine DE FREITAS
Publié le 16 février 2022 à 17h54
La top model Linda Evangelista lors du Festival de Cannes en 2008.

La top model Linda Evangelista lors du Festival de Cannes en 2008.

Source : VALERY HACHE / AFP

L’ex-icône des podiums reprend la pose pour la première fois depuis près de 5 ans.
Elle raconte et montre au magazine People le calvaire qu’elle vit au quotidien.
Elle avait révélé sur Instagram l’an dernier avoir été victime d’un traitement de réduction des graisses.

Elle qui inondait les magazines il y a 30 ans n’avait pas vu un photographe depuis près de 5 ans. Même sur Instagram, temple de l’image, Linda Evangelista ne se montrait plus. La top model parmi les plus célèbres des années 90 expliquait dans un long texte en septembre dernier voir été "défigurée" par un traitement de réduction des graisses. 

Cinq mois plus tard, elle s’affiche en couverture du magazine People à qui elle raconte "le cauchemar de son opération esthétique". Photos à l’appui. "Je ne me cacherai plus", martèle celle qui "ne regarde pas dans le miroir". "Ça ne me ressemble pas", dit-elle.

J’en suis arrivée au point où je ne mangeais plus du tout. Je perdais la tête

Linda Evangelista

Linda Evangelista, 56 ans, revient sur ses sept sessions de CoolSculpting dévastatrices débutées à l’été 2015. Cette méthode approuvée par l’agence de santé américaine promet de détruire les cellules graisseuses du corps ou du visage par le froid. Sauf que c’est tout l’inverse qui lui est arrivé. Au bout de trois mois, elle remarque des bourrelets au niveau du menton, des cuisses et du soutien-gorge. Les zones qu’elles souhaitaient réduire se mettent à grossir et à durcir. Jusqu’à devenir insensibles.

Elle explique avoir "essayé de se réparer" en enchaînant les régimes et les séances de sport. "J’en suis arrivée au point où je ne mangeais plus du tout. Je perdais la tête", se souvient-elle. Ce n’est qu’à l’été 2016 que son médecin lui a révélé qu’elle souffrait d’une hyperplasie adipeuse paradoxale, un rare effet secondaire qui fait grossir les tissus gras sous l’effet du froid. D’après Linda Evangelista, la société à l’origine de CoolSculpting lui a proposé de lui offrir une liposuccion, mais seulement si elle acceptait de signer un accord de confidentialité.

Lire aussi

La mannequin a refusé et a payé elle-même pour deux liposuccions. Sans aucun effet. "Ça n’a rien amélioré. Les bourrelets sont des protubérances dures. Si je marche sans gaine alors que je suis en robe, ça frotte presque jusqu’au sang", détaille-t-elle. Elle dit que sa posture a changé également, car elle "ne peut plus mettre ses bras le long de son corps". Linda Evangelista a depuis porté plainte contre la maison-mère de CoolSculpting à qui elle réclame 50 millions de dollars. Son objectif ? Se débarrasser de la honte qui l’habite et aider ceux qui sont dans la même situation qu’elle.


Delphine DE FREITAS

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info