Légende du théâtre et du cinéma français, Michel Bouquet est mort à l’âge de 96 ans

Publié le 13 avril 2022 à 13h16, mis à jour le 13 avril 2022 à 14h24
JT Perso
Comment désactiver votre Adblocker
  • Cliquez sur l'icône de votre Adblocker installé dans votre navigateur. En général elle se trouve dans le coin supérieur droit de votre écran. Si vous utilisez plusieurs adblockers, veillez à bien tous les désactiver pour pouvoir accéder à votre vidéo.
  • Suivez les instructions indiquées par votre Adblocker pour le désactiver. Vous devrez peut-être sélectionner une option dans un menu ou cliquer sur plusieurs boutons.
  • Lorsque votre Adblocker est désactivé, actualisez votre page web.
  • Remarque : Si vous utilisez le navigateur Firefox, assurez-vous de ne pas être en navigation privée.
adblock icone
Un bloqueur de publicité empêche la lecture.
Veuillez le désactiver et réactualiser la page pour démarrer la vidéo.

Source : JT 13h Semaine

Le comédien Michel Bouquet est décédé ce mercredi à l'âge de 96 ans.
Récompensé aux Molière et aux César, il n’avait jamais quitté la scène et l’écran pendant près de sept décennies de carrière.

C’était la référence pour plusieurs générations de comédiens en France. Figure du théâtre et du cinéma, Michel Bouquet s’est éteint ce mercredi 13 avril à l’âge de 96 ans, cinq ans seulement après sa dernière apparition sur les planches, annonce son service de presse. Récompensé à plusieurs reprises aux Molière et aux César, il aura joué sous la direction des plus grands au cours d’une carrière qui s’étend sur plus de 75 ans. 

Fils d’un officier qui sera fait prisonnier de guerre et d’une modiste, passionnée de théâtre, Michel Bouquet est né le 6 novembre 1925 à Paris. C’est sa mère qui l’emmène adolescent à la Comédie-Française où il découvre sa vocation. En 1943, il intègre le Conservatoire d’art dramatique de Paris en 1943 aux côtés d'un certain Gérard Philippe. 

J'ai fait ce que j'ai pu, comme j'ai pu, et je ne me suis pas trop posé de questions. J'ai fait mon bonhomme de chemin mais sans aucune prétention intellectuelle

Michel Bouquet à l'AFP, en 2019

Un an plus tard, il décroche son premier rôle principal dans Roméo et Jeannette sous la direction de Jean Anouilh, avec lequel il travaillera régulièrement au fil des décennies. Sa carrière théâtrale sera également marquée sa collaboration avec Jean Vilar, le créateur du Festival d’Avignon pour lequel il interprète les plus grands classiques. Le comédien s’illustre également en faisant connaître le répertoire du Britannique Harold Pinter en France.

 À la fin des années 70, Michel Bouquet est nommé professeur au Conservatoire national supérieur d'art dramatique ce qui ne l’empêche pas, au contraire, de poursuivre sa carrière de comédien, avec à la clé deux Molière en 1998 pour ses performances dans Les côtelettes de Bertrand Blier puis en 2005 dans Le roi se meurt d’après Ionesco qu’il va régulièrement reprendre jusqu’en 2014 où il reçoit un Molière pour l’ensemble de sa carrière. Trois ans plus tard, il monte pour la dernière fois sur les planches dans Le Tartuffe de Molière, mis en scène par Michel Fau.

Deux films à l'affiche en juin prochain

 Au cinéma, Michel Bouquet va tourner avec les plus grands, de François Truffaut (La mariée était en noire) à Claude Chabrol (La femme infidèle) à Jacques Deray (Borsalino) en passant par Alain Corneau (Tous les matins du monde). C’est sur le tard qu’il est récompensé aux Césars pour ses rôles dans Comment j’ai tué mon père d’Anne Fontaine puis Le Promeneur du Champs de Mars de Robert Guédiguian où il incarne François Mitterrand. 

On l'a encore revu en 2021 dans Villa Caprice, un thriller de Bernard Stora avec Patrick Bruel et Niels Arestrup, sorti l'été dernier. Le mois prochain, il sera à l'affiche d'une fiction, Cérémonie Secrète de Tatiana Becquet-Genel, mais aussi d'un documentaire, Juste avant la nuit de Jean-Pierre Larcher, dans lequel il raconte ses souvenirs et les secrets de son métier.

 "J'ai fait ce que j'ai pu, comme j'ai pu, et je ne me suis pas trop posé de questions. J'ai fait mon bonhomme de chemin mais sans aucune prétention intellectuelle", confiait-il en 2019 à l’AFP, alors qu’il venait d’enregistrer 13 Fables de Jean de La Fontaine, sous la direction du metteur en scène Ulysse Di Gregorio. De son métier, il disait que "c'est un service. L'acteur n'est pas si important à ses propres yeux que le public ne le croit. L'humilité est sacrée pour l'acteur."


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info