Leonardo DiCaprio "victime" d'un escroc ? Pourquoi la star a témoigné lundi à Washington

Publié le 4 avril 2023 à 13h09, mis à jour le 4 avril 2023 à 13h33

Source : Sujet TF1 Info

Leonardo DiCaprio a témoigné lundi au procès intenté par les autorités fédérales au rappeur Pras Michel.
Ce dernier est accusé d'avoir reçu de l'argent de l'escroc malaisien Joh Low afin d'influer sur la vie politique américaine.
L'acteur a lui aussi bénéficié des largesses de cet homme d'affaires, qui a notamment financé "Le loup de Wall Street" de Martin Scorsese.

Encore une star au tribunal ? Cette fois ce n'était pas filmé. Mais on aurait adoré... Leonardo DiCaprio était en effet entendu lundi à Washington comme témoin dans le procès intenté par les autorités fédérales à Prakazrel Samuel Michel alias, Pras, l’un des trois membres du groupe de rap mythique The Fugees. Ce qui lui est reproché ? Avoir perçu la bagatelle de 100 millions de dollars de la part de l’escroc malaisien Joh Low afin d’influer sur la vie politique américaine.

Ces sommes astronomiques sont au coeur du scandale 1MBD, du nom d’un fonds d’investissement destiné à l’économie malaisienne… Et dans lequel l'homme d'affaires aurait puisé pour financer la campagne électorale de Barack Obama en 2012, puis soudoyer l'administration Trump afin qu'elle cesse d'enquêter sur lui. Des gros dollars qui ont également bénéficié à de nombreuses stars du showbiz.

Bateaux, boites de nuit... et Picasso

Et c’est là que Leonardo DiCaprio intervient. Se présentant comme "un simple acteur" il a expliqué lundi avoir fait la connaissance de Joh Low lors d’une soirée à Las Vegas en 2010. Et il a tout de suite été sous le charme. "Je le voyais comme un grand businessman avec de nombreuses connexions", a-t-il expliqué. "C’était un prodige dans le monde des affaires avec un immense succès."

Par la suite, Joh Low va inviter Leonardo DiCaprio à plusieurs reprises "sur des bateaux, dans des boîtes de nuit" en compagnie d’autres célébrités… dont Pras Michel que la star connaît depuis le début des années 1990. Pour un Nouvel An, le Malaisien affrète un avion pour les emmener en Australie et revenir aux Etats-Unis, afin de fêter deux fois les douze coups de minuit.

Je me suis dit Waouh ! Ça fait beaucoup d’argent !
Leonardo DiCaprio à propos des donations de Joh Low au Parti démocrate

Décidément très généreux avec l'argent des autres, l'homme d’affaires malaisien contribue également aux ventes aux enchères organisées par l’acteur à Saint-Tropez pour financer son ONG de défense de l’environnement. Mais aussi participer au montage financier du chef-d'œuvre de Martin Scorsese, Le Loup de Wall Street. Plutôt savoureux puisque ce dernier raconte l'histoire d'un autre escroc, Jordan Belfort. Dans cette affaire, l'un des producteurs malaisiens du film a d'ailleurs été arrêté en 2019.

À la barre, la star de 48 ans s’est souvenu avoir discuté de politique américaine plus tard dans sa relation avec Joh Low. Et de la volonté de son nouvel ami de faire"une contribution significative" au parti démocrate en vue de la présidentielle de 2012, estimée entre 20 et 30 millions de dollars. "Je me suis dit Waouh ! Ça fait beaucoup d’argent", a-t-il lancé. D’après les autorités américaines, ces montants proviendraient directement du fond 1MDB. Or la loi américaine interdit le financement des campagnes électorales par des moyens financiers provenant de l'étranger.

D'autres stars bientôt à la barre ?

Leonardo DiCaprio dit avoir perdu tout contact avec Joh Low en 2015, lorsqu’il a été informé de sa participation au scandale. À cette époque, il s’est également séparé des œuvres d’art que l’homme d’affaires lui avait cédées afin de contribuer à son ONG. Parmi elles, un Picasso estimé à 3,2 millions dollars et un Basquiat estimé à 9,2 millions de dollars. L’acteur a été entendu une première fois par la justice en 2019 dans le cadre de cette affaire.

D’après les médias américains, d’autres célébrités pourraient être appelées à témoigner dans les prochains jours. Parmi elles, les acteurs Jim Carrey, Jamie Foxx et Mark Wahlberg ainsi que le réalisateur Martin Scorsese en personne. Deux proches de Donald Trump pourraient également comparaître : son sulfureux conseiller Steve Bannon et son ex-avocat, l’ancien maire de New York Rudy Giuliani.

Joh Low, de son côté, ne participe pas au procès à Washington. S'il fait l'objet d'un mandat d'arrêt délivré en 2020 par Interpol à la demande de la Malaisie, il résiderait aujourd'hui à Macao, sous la protection des autorités chinoises, ce que ces dernières démentent. Dans cette affaire, le fils d'un ancien premier ministre koweïtien et son associé ont été condamnés la semaine dernière à dix ans de travaux forcés, tandis qu'un avocat koweïtien s'est vu infliger sept ans d'emprisonnement.


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info