"Mari violent" : Johnny Depp a perdu son procès en diffamation contre "The Sun"

Rania Hoballah
Publié le 2 novembre 2020 à 12h05, mis à jour le 3 novembre 2020 à 12h54
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

JUGEMENT – Le comédien a perdu son action en diffamation contre le tabloïd qui l'avait qualifié comme le "mari violent" d'Amber Heard, l'actrice qui l'avait accusé de violences conjugales.

C'est un coup dur pour Johnny Depp. L'acteur américain a perdu son procès en diffamation contre le tabloïd britannique The Sun, qui l'avait dépeint en "mari violent" à l'égard de son ex-femme Amber Heard. La société éditrice du quotidien, News Group Newspapers (NGN) a montré que ce qu'elle avait publié était "substantiellement vrai", c'est pourquoi "le requérant n'a pas gagné son action" en diffamation, a indiqué le juge Andrew Nicol dans son jugement publié ce lundi par la Haute Cour de Londres.

Plus de trois mois après la fin de ce procès ultra médiatisé qui a viré au grand déballage, le tribunal a donc refusé d'accorder à la star des Pirates des Caraïbes une indemnisation pour atteinte à sa réputation. Agé de 57 ans, Johnny Depp poursuivait le Sun pour un article publié en avril 2018 dont le titre était "Comment JK Rowling peut-elle être 'vraiment heureuse' de la présence au casting du batteur de femme Johnny Depp dans le nouveau film Les Animaux fantastiques ?". 

Lire aussi

Très bientôt, nous présenterons des preuves encore plus volumineuses aux États-Unis

Elaine Charlson Bredehoft

Le couple, qui s'était marié en février 2015 à Los Angeles, avait divorcé avec fracas début 2017. Dans la procédure de divorce, l'actrice de 34 ans qui avait alors évoqué des années de violences "physiques et psychologiques", avait accepté de retirer sa plainte. Johnny Depp lui avait alors versé sept millions de dollars qu'elle avait donné à des associations. Depuis, les ex-amants se livrent une bataille sans merci par médias interposés avec des révélations plus scabreuses les unes que les autres. Vidéos, photos, enregistrements sonores, le tribunal avait été plongé au cœur de l'intimité du couple. Et visiblement, la hache de guerre n'est pas près d'être enterrée. 

"Pour ceux d'entre nous présents au procès de la Haute Cour de Londres, cette décision et ce jugement ne sont pas une surprise", a réagi Elaine Charlson Bredehoft, l'avocate américaine qui représente Amber Heard dans sa prochaine affaire de diffamation pour des motifs similaires aux États-Unis, rapporte le Guardian. "Très bientôt, nous présenterons des preuves encore plus volumineuses aux États-Unis. Nous nous engageons à obtenir justice pour Amber Heard devant le tribunal américain et à défendre le droit de Mme Heard à la liberté".


Rania Hoballah

Tout
TF1 Info