MeToo du cinéma français : l'actrice Sarah Grappin accuse le réalisateur Alain Corneau de viols et agressions sexuelles

Publié le 14 février 2024 à 10h43, mis à jour le 14 février 2024 à 11h53

Source : JT 20h WE

Après Judith Godrèche, une autre comédienne prend la parole contre une figure majeure du cinéma français.
Sarah Grappin dénonce l'emprise d'Alain Corneau qui l'a fait débuter dans "Le Nouveau Monde", en 1994, lorsqu'elle avait 16 ans.
Nadine Trintignant, l'épouse du cinéaste décédé en 2010, refuse qu'on dise "n'importe quoi" sur lui.

Le #MeToo du cinéma français ne fait sans doute que commencer. Inspirée par le combat de Judith Godrèche qui vient de porter plainte contre Benoît Jacquot et Jacques Doillon, une autre comédienne a décidé de sortir du silence. Dans un entretien accordé à L’Obs, Sarah Grappin,  45 ans, accuse de viols et d’agressions sexuelles le cinéaste Alain Corneau, décédé en 2010 à l'âge de 67 ans et qui l’a fait débuter à l’écran dans Le Nouveau Monde en 1994.

Sarah Grappin affirme ce mercredi qu’Alain Corneau l’a embrassé une première fois sur le tournage du film, inspiré d’un roman de Pascal Quignard qui raconte l’histoire d’amour entre deux adolescents durant l’Occupation. Il a 51 ans, elle en a 16. Débute alors une relation "d’emprise" qui débute par des invitations dans les bars, les restaurants ou au cinéma. Mais aussi à son domicile, lorsque sa compagne Nadine Trintignant n’est pas là.

Très longtemps, j’ai été au-delà d’enjoliver, je me suis raconté une grande histoire d’amour pour survivre
Sarah Grappin

"Une fois, il m’a accueillie en sari indien, il s’est assis en tailleur et m’a mise à califourchon sur lui. Il m’a pénétrée avec ses doigts devant, derrière, et il a dit qu’on n’irait pas plus loin", affirme la comédienne qui dénonce également des pénétrations digitales à deux autres reprises dans la voiture du cinéaste.

Sarah Grappin indique que cette relation a duré un an et demi. Et qu’elle a eu un impact durable sur son existence. "Très longtemps, j’ai été au-delà d’enjoliver, je me suis racontée une grande histoire d’amour pour survivre. Le travail des dernières années a été de sortir du déni", affirme-t-elle.

La comédienne, qu'on a pu voir récemment dans Ce qui nous lie de Cédric Klapisch, explique avoir témoigné anonymement dans les médias au moment de l'affaire Weinstein, en 2017. Elle a ensuite envisagé de s'exprimer publiquement à la lecture du livre de Vanessa Springora, Le Consentement. C'est finalement le témoignage de Judith Godrèche qui l'a convaincu de prendre la parole.

Contactée par L’Obs, Nadine Trintignant balaye les accusations contre son ancien compagnon. "Ces bêtises-là, j’en entends de tous les côtés, pas du tout sur Alain, mais sur plein de gens et je ne veux pas participer à tout ça. Tout ça est ridicule (…) Je n’ai pas envie qu’on dise n’importe quoi, surtout sur mon mari, qui est mort et ne peut plus se défendre".


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info