Meurtres dans une forêt hantée : la série suédoise "Jordskott" débarque sur Arte

Jennifer Lesieur
Publié le 12 mai 2016 à 12h56
Meurtres dans une forêt hantée : la série suédoise "Jordskott" débarque sur Arte

SERIE – Elle commence comme un thriller scandinave et bascule soudain de le fantastique : la série suédoise "Jordskott" est diffusée dès jeudi 12 mai sur Arte. Son immense succès en Suède prouve que le "Nouveau noir nordique", loin de s’essouffler, trouve encore de quoi se renouveler sans perdre son âme tourmentée.

Eva est policière à Stockholm. Une négociatrice froide et déterminée, prête à prendre de tels risques qu’elle ne semble pas tenir tant que ça à la vie. Il faut dire que sa petite fille Josefine a disparu sept ans auparavant, sans qu’on ait jamais retrouvé d’indice. A ce deuil impossible s’ajoute celui de son père, avec qui Eva n’avait plus de contact, mais elle doit tout de même rentrer dans son village natal régler l’héritage. Sur la route, Eva manque d’écraser une jeune fille sortie des bois. Exsangue, muette et quasi-inconsciente, elle ressemble à Josefine… En parallèle, un autre enfant disparaît, et les forêts touffues de la région semblent cacher des événements surnaturels.

Le "Nouveau noir nordique" élargit ses mythes

Sans révéler la surprenante chute du premier épisode, diffusé jeudi 12 mai sur Arte, on peut dire que Jordskott a trouvé le petit plus qui la différencie des autres séries noires scandinaves. C’est cette diversité de thèmes et de regards, au-delà d’une classique enquête criminelle, qui fait tout le sel de ce courant du "Nouveau noir nordique" à l’atmosphère lourde et à la lumière magnifique. Comme le dit Moa Gammel, qui joue Eva, "la question n’est pas tellement ‘qui est le meurtrier ?’, mais ‘pourquoi ce personnage est-il le meurtrier ?’" Avec en plus un côté fantastique, inspiré des mythes et légendes scandinaves, Jordskott a reçu une pluie de louanges en Suède. Vu la popularité du genre en France, on ne devrait pas non plus lâcher ces dix épisodes jusqu’au dénouement final.

A LIRE AUSSI >> Vous allez craquer pour "L'homme existentiel", le polar grinçant de Jake Hinkson


Jennifer Lesieur