Artistes et fans de l'univers Disney vont désormais pouvoir reproduire gratuitement une image de Mickey Mouse.
La première version de la célèbre souris entre dans le domaine public en ce 1ᵉʳ janvier 2024.
En vertu de la législation américaine, d'autres personnages Disney devraient suivre dans les prochaines décennies.

Mickey Mouse désormais reproductible par n'importe qui dans le monde ? L'entrée dans le domaine public de la célèbre souris ce 1ᵉʳ janvier 2024 ouvre la porte à de premières potentielles reprises autour du personnage, que la législation sur le droit d'auteur américain empêchait jusqu'ici. Tout ne sera pas permis pour autant : Mickey ne pourra être copié que dans sa version initiale de 1928. Son créateur, Disney, compte bien mettre des barrières pour éviter de trop nombreuses imitations.

D'abord, l'entrée dans le domaine public concerne uniquement une infime partie de l'univers dans lequel le rongeur malicieux est mis à l'image par la firme américaine. Seuls les traits de Mickey présentés dans les courts-métrages en noir et blanc "Le Bateau à vapeur de Willie", premier dessin animé à le mettre en scène en 1928, et "Plane Crazy", la même année, pourront désormais être reproduits. Toutes les améliorations apportées au personnage depuis cette date dans des productions plus récentes restent soumises au droit d'auteur. "Ce qui est dans le domaine public, c'est cette sorte de petit animal effrayant en noir et blanc", explique ainsi Justin Hughes, professeur de droit à l'université de Loyola, à l'AFP.

Minnie et Winnie l'ourson dans le domaine public également

Pas question donc, pour les auteurs de nouveaux produits commerciaux, d'afficher le short rouge ou les gants blancs de la souris, apparus plus tard et donc toujours soumis à l'interdiction de reproduction. Défense, aussi, d'utiliser la scène de Mickey dirigeant le bateau en intégralité ; placée avant chacune des productions du studio, elle est devenue une marque déposée, impossible à réemployer. Disney a déjà prévenu : il n'hésitera pas à engager des actions en justice contre toutes les personnes qu'elle estime contrevenir à ces différentes règles. 

Le géant du divertissement a pris les devants sur le sujet, notamment en raison du grand nombre de figures de dessins animés bientôt concernés par la problématique de la fin de la protection de la loi américaine. Car si Mickey est sous le feu des projecteurs en ce début d'année, il ne faut pas oublier que sa partenaire féminine, Minnie, entre elle aussi, dans les mêmes conditions, au sein du domaine public ce lundi 1ᵉʳ janvier. D'autres, comme la version initiale de Winnie l'Ourson, avaient déjà connu le même sort il y a deux ans. 

Donald, Picsou et Blanche-Neige concernés dans les prochaines décennies

Surtout, plus les années vont passer, plus les personnages des catalogues de Disney continueront peu à peu de tomber dans le domaine public. Le "Copyright Term Extension Act", surnommé par la suite "Mickey Mouse Protection Act" sous l'effet du lobbying de l'entreprise aux grandes oreilles, a étendu à 95 ans les droits d'auteur des œuvres créées avant 1978. 

Une limite qui permet, aujourd'hui, de déterminer le moment où les autres personnages de Disney vont pouvoir devenir libres de droit. Donald Duck, créé en 1934, devrait donc entrer dans le domaine public en 2030. Pour l'ami de Mickey, Dingo, cela devrait être deux ans plus tôt, en 2028. Concernant les intrépides Riri, Fifi et Loulou, il faudra attendre 2033, ainsi que l'année 2036 pour Daisy et 2043 pour Picsou.

Les personnages des films emblématiques du studio sont aussi concernées. Le personnage de Blanche-Neige issu de la version du film de 1937 devrait tomber dans le domaine public en 2033, quand celui de Cendrillon pourra être réutilisé par le grand public et les professionnels à partir de 2046.


Theodore AZOUZE

Tout
TF1 Info