"Mon frère a toujours été une balance" : Yann Moix répond aux accusations

Jérôme Vermelin
Publié le 26 août 2019 à 17h31
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Sept à huit

POLÉMIQUE - Au lendemain de la publication d'une lettre ouverte de son frère Alexandre dans les colonnes du "Parisien", l’écrivain Yann Moix lui répond dans une interview accordée à "L’Express".

Nouveau rebondissement dans l’affaire Yann Moix. Taxé de "révisionnisme" familial par son frère Alexandre, suite à la parution du roman Orléans, dans lequel il accuse leurs parents de maltraitance, l’écrivain a eu ce lundi la surprise de voir L’Express dévoiler des publications aux relents antisémites et négationnistes auxquelles il aurait collaboré durant sa jeunesse.

Contacté par l’hebdomadaire, Yann Moix reconnaît avoir réalisé lui-même les illustrations, à la fin des années 1990, lorsqu’il était étudiant en école de commerce. Les jugeant "lamentables" et "moches", il explique qu’elles n’étaient "pas vouées à être connues du grand public". Et il assure que c’est son propre frère qui a transmis au journal ces documents qu'il conservait selon lui depuis des années tel un "trésor de guerre". Une affirmation dont L'Express lui "laisse la responsabilité".

"Mon frère a toujours été une balance", accuse-t-il, avant de revenir sur le contenu de la lettre publiée en double page ce dimanche dans Le Parisien. "Mon père me frappait à coups de poing et de fil électrique sur une seule remarque, un seul caprice, une seule plainte émanant de lui. Il a toujours tout raté, a toujours souhaité être moi", continue Yann Moix.

Lire aussi

"Il recopiait mes dissertations, tapissait sa chambre des mêmes affiches que moi, a fait un film intitulé "Ultimatum" sur les sosies après que j'ai fait "Podium", a créé des sites internet pour me nuire, s'est fait passer pour des femmes pour me parler sur internet. Aujourd'hui, il tente même de me voler mes raclées ! Il n'a jamais réussi à trouver sa voie. Ce qui le rend aigri et méchant. Avec ces dessins qui sortent aujourd'hui, il tire son ultime cartouche. Cet aveu d'échec est d'une grande tristesse."


Jérôme Vermelin

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info