Les princes Andrew et Harry étant écartés, qui remplacerait le roi Charles en cas d'incapacité ?

Publié le 19 janvier 2024 à 14h40

Source : Quotidien, première partie

Le roi Charles III va être hospitalisé la semaine prochaine pour une hypertrophie de la prostate.
Alors que le prince William est au chevet de Kate, également souffrante, qui remplacerait le souverain en cas d'incapacité ?
Une loi votée en 2022 au Royaume-Uni précise les dispositions à prendre, on vous explique.

C'est une question qui agite les Britanniques. Qui remplacerait le roi en cas d'incapacité de ce dernier ? Le problème se pose, d'autant que les princes Andrew et Harry – tous deux en retrait de la famille royale – ont perdu leur rôle de "conseillers d’État" en cas d'absence et de maladie, en vertu d'une loi datant de fin 2022 passée alors inaperçue, mais évoquée à nouveau ce vendredi par The Times.

Le quotidien britannique a fait état de cette précision protocolaire au moment où le roi et la princesse Kate sont tous les deux en retrait forcé pour des problèmes de santé, tout comme le prince héritier William, qui a choisi de se mettre en retrait de ses obligations pour rester au chevet de sa femme qui vient de subir une lourde opération.

Le roi a pris les devants lors de son accession au trône

Comme le rappelle l'AFP, un conseiller d’État est un membre de la famille royale à qui le monarque peut déléguer certaines de ses fonctions en cas de maladie ou déplacement à l'étranger. Il s'agit généralement, en plus du consort du monarque qui est la reine Camilla, des quatre premiers adultes âgés de plus de 21 ans dans l'ordre de succession au trône, soit les princes William, Harry, Andrew et la princesse Beatrice, fille aînée de ce dernier.

Le sujet a déjà été mis sur la table quand Charles III est monté sur le trône en 2022, car trois de ces membres n'étaient déjà plus actifs au sein de la monarchie. Le prince Harry, fils cadet du roi Charles III, et son épouse Meghan ont en effet décidé de se mettre en retrait de la famille royale en 2020 et de s'installer aux États-Unis. Quant au prince Andrew, il est en retrait de la monarchie en raison de ses liens avec le financier américain Jeffrey Epstein désormais mort et d'accusations d'agressions sexuelles soldées par un accord financier. 

Afin de clarifier la situation, la famille royale a précisé, dans le cadre d'une loi adoptée par le Parlement britannique en novembre 2022, que "seuls ses membres actifs" pouvaient "en pratique" agir comme conseillers d’État, même si les membres non actifs conservent ce titre. La loi adoptée fin 2022 indique que Charles III a décidé d'accorder la fonction de "conseiller d’État" à sa sœur la princesse Anne et à son frère Edward.

Buckingham Palace a toutefois tenu à préciser que le roi n'aurait pas besoin de faire appel à ses conseillers d’État pour le remplacer la semaine prochaine, lorsqu'il subira une intervention pour une hypertrophie bénigne de la prostate.


Rania HOBALLAH

Tout
TF1 Info