"Money Heist : Korea" sur Netflix : que vaut la version coréenne de "La Casa de Papel" ?

Delphine DE FREITAS
Publié le 23 juin 2022 à 18h18, mis à jour le 23 juin 2022 à 18h56
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Après cinq saisons inégales venues d’Espagne, les braqueurs les plus célèbres de Netflix s’exportent en Asie dès le 24 juin.
La plateforme veut réinventer sa série phénomène dans un alléchant contexte, plus social et plus violent.
Mais le départ tonitruant du pilote est vite freiné par un air de déjà-vu et des épisodes beaucoup trop longs.

Parti d’Espagne, le phénomène a gagné le monde entier. La Casa de Papel a refermé ses portes l'an dernier après cinq saisons plus ou moins réussies et des millions d’heures vues sur Netflix. Produite pour la chaîne Antena 3, la série ibérique est devenue l’un des plus grands succès de la plateforme américaine, qui continue à étirer le concept jusqu’à plus soif. Alors qu’un spin-off consacré au dandy psychopathe Berlin est en cours de tournage, les braqueurs aux combinaisons rouges partent littéralement à l’assaut du marché asiatique dès ce vendredi 24 juin.

Un héros de "Squid Game" au casting

C’est en Corée que Netflix a choisi de situer le remake de La Casa de Papel, qui, étrangement, en France, a hérité du titre anglais de la série espagnole. Money Heist : Korea – Joint Economic Area s’installe à la frontière entre les deux Corées dans une zone d’union économique, centre névralgique de l’énorme casse que préparent le Professeur et ses complices. Au générique, des figures coréennes déjà bien connues du public. Yoo Ji-tae (Old Boy) et Park Hae-soo (Squid Game) jouent aux Robins des bois venus voler l’argent des plus riches quand Kim Yoon-jin (Lost : les disparus) fera tout pour les arrêter.

Netflix

Associer La Casa de Papel et la Corée, pays de conception de Squid Game, c’est surtout pour Netflix un moyen de capitaliser sur ses plus grandes réussites internationales. En perte de vitesse et d’abonnés, le géant mise sur cette hybridation - qui a tout pour plaire à son célèbre algorithme - pour redémarrer la machine. Sauf que l’ensemble cale rapidement, malgré un pilote prometteur. Les légendes de la K-Pop BTS sont citées dès les premières minutes d’un épisode qui nous plonge dans un futur très proche, mais en même temps très loin de la réalité. 

CTRL + C, CTRL + V

Les scénaristes coréens s'approprient de prime abord La Casa de Papel avec une surprenante toile de fond qui offre à la série un contexte socio-politique très intéressant, où les oppositions entre Corée du Nord et Corée du Sud sont omniprésentes. Mais éloignez-vous de tout résumé pour conserver l’unique véritable surprise de ce remake, qui se contente tristement de son statut de copié-collé. L’affiche, qui annonce "un casse sans précédent", ne tient pas franchement ses promesses. Il n’y a bien que les masques de Dali, remplacés par des motifs traditionnels, qui changent. L’intrigue est sensiblement la même, narrée par une Tokyo très effacée en début de saison. 

Netflix

Le mimétisme est tel chez les braqueurs, qui ont gardé les mêmes noms que dans La Casa de Papel, que les présentations ne sont pas nécessaires. Les profils et les attitudes sont les mêmes, du Denver un peu benêt au timide Rio. Les rebondissements se font sans grande surprise et l’intérêt disparaît vite pour qui a déjà vu la version originale. Sans compter que le rythme s’étire de manière souvent interminable. Là où les Espagnols avaient opté pour des épisodes entre 40 et 50 minutes, les Coréens ont choisi d’allonger l’action pour allègrement dépasser l’heure de jeu. De quoi rapidement nous donner l'envie de passer notre tour.

>> Money Heist : Korea - Joint Economic Area - 12 épisodes dès le 24 juin sur Netflix


Delphine DE FREITAS

Tout
TF1 Info