Figure du nouveau roman anglais des années 1980, Martin Amis est décédé des suites d’un cancer à l’âge de 73 ans.
Il était notamment l’auteur de "The Zone of Interest", le roman qui a inspiré le film de Jonathan Glazer, présenté jeudi au Festival de Cannes.

Une triste coïncidence. Au lendemain de la présentation à Cannes de The Zone Interest, l’un de ses plus célèbres romans, l’écrivain britannique Martin Amis est décédé à l’âge de 73 dans sa résidence de Floride. Son épouse, l'auteure Isabel Fonseca, a précisé aux médias qu’il était mort des suites d’un cancer de l’œsophage.

Dans les années 1980, Martin avait fait partie d’une génération venue dynamiter les codes de la littérature anglaise avec ses collègues Salman Rushdie et Ian MacEwan. Dénonçant les excès du capitalisme avec un humour mordant, il était notamment l’auteur de Money, London Fields et The Information, une trilogie mettant en scène des antihéros tenant d’échapper au conformisme de leur époque.

Un regard inédit sur l'holocauste

Paru en 2014 chez Calmann-Lévy, The Zone of Interest, La Zone d’Intérêt en VF, était son deuxième livre se déroulant dans le contexte de l’holocauste. On y suit le quotidien de Paul Doll, le commandant en chef du camp de concentration d’Auschwitz, vaniteux et lubrique, et de son épouse Hannah, une beauté froide mais rebelle.

Le réalisateur Jonathan Glazer en a tiré une adaptation glaçante qui a impressionné la presse ce jeudi à Cannes, même si elle s'éloigne du matériau d'origine dans le ton. La lecture du livre de Martin Amis l’a poussé à effectuer de longues recherches sur la manière de vivre des SS et au véritable homme en charge de solution finale à Auschwitz, Rudolf Höss, dont la maison jouxtait le camp de la mort.


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info