L'actrice et chanteuse britannique Jane Birkin est décédée ce dimanche 16 juillet à l'âge de 76 ans.
Sa rencontre avec Serge Gainsbourg en 1968 a bouleversé sa vie et donné naissance à un couple mythique.

Leur couple a laissé une empreinte indélébile sur les seventies. Et pourtant, tout avait mal commencé… À l’été 1968, Jane Birkin a 22 ans lorsqu’elle fait la rencontre de Serge Gainsbourg, 40 ans, sur le tournage de Slogan. La première est déjà maman de la petite Kate, qu'elle a eu avec le compositeur John Barry. Homme à femmes, le second sort d'une rupture douloureuse avec Brigitte Bardot. Dans ce film de Pierre Grimblat, le chanteur interprète Serge, un réalisateur d’âge mûr qui tombe sous le charme d’Evelyne, une jeune beauté anglaise. Tiens, tiens.

Repérée suite à son apparition dans Blow Up de Michelangelo Antonioni, Jane Birkin est préférée à la star américaine Marisa Berenson. Serge Gainsbourg, très enthousiaste à l'idée de donner la réplique à cette dernière, ne digère pas de devoir finalement travailler une inconnue. "Je l’ai trouvé compliqué, arrogant, pendant le tournage. Il n’avait aucune gentillesse envers moi. Il me mettait très mal à l’aise", racontera Jane Birkin en 2017 dans Le Monde.

Conscient des tensions entre ses deux vedettes, Pierre Grimblat organise un dîner dans un bon restaurant parisien et leur fait faux bond à la dernière minute. En tête-à-tête, Jane et Serge s’expliquent, s’apprivoisent et s’enivrent l’un de l’autre. Après une virée en boite de nuit où il lui marche sur les pieds, le chanteur invite sa jeune partenaire dans sa chambre d’hôtel… Et s’écroule comme une masse. De retour sur le plateau, ils seront inséparables.

Romance sulfureuse

C’est début d’une romance qui va défrayer la chronique et symboliser une décennie au parfum de soufre. À l’automne, le couple entame l’enregistrement de l’album Jane Birkin-Serge Gainsbourg sur lequel figure le duo "Je t’aime… moi non plus", écrit à l’origine pour Brigitte Bardot. Entre la voix grave du chanteur et les soupirs explicites de sa jeune compagne, le disque s’accompagne d’une interdiction aux moins de 21 à sa sortie en 1969, la fameuse "année érotique" du refrain.

Pendant toute une décennie, Jane et Serge vont être LE couple majeur de leur génération, squattant les unes des journaux, les ondes et les écrans. Parmi les grandes dates de leur légende, il  ya l’enregistrement en 1970 de l’album Histoire de Melody Nelson, un classique indémodable, la naissance de leur fille Charlotte en 1971 ou encore le tournage en 1976 du "Je t’aime moi non plus", qui marque les débuts du chanteur derrière la caméra. Ce film brûlant dans lequel Jane, les cheveux courts, donne la réplique à la star porno Joe Dallesandro, sera interdit aux moins de 18 ans à sa sortie.

"Il ne faut pas exagérer tout de même, on n’était pas les Kennedy !", ironisait Jane Birkin dans l'un de ses derniers entretiens, accordé à Vogue l’été dernier. "On a dû incarner une forme de liberté. Nos vingt ans de différence d’âge, notre mode de vie, on sortait la nuit, on rentrait pour réveiller Kate et Charlotte avant l’école et on dormait la journée. Ma fantaisie à moi, notre absence de tabous… Serge disait : on n’est pas un couple immoral, on est un couple amoral."

C’est Jane qui mettra fin à leur histoire en quittant leur maison de la rue de Verneuil en 1981, épuisée par l’alcoolisme et la violence de son compagnon. Malgré tout, ils resteront proches, Serge devenant le parrain de Lou, la fille que l’actrice aura avec le réalisateur Jacques Doillon. Au fil des décennies, Jane reprendra régulièrement les chansons de Serge, sur disque et sur scène. "Serge, je l'ai gardé dans ma vie, ma tête, mon cœur", dira-t-elle en 2018 sur France Inter. "Dès que je suis partie, je savais que j'allais le regretter."


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info