Le chanteur américain est décédé ce vendredi 21 juillet à New York, annonce son attachée de presse.
Atteint de la maladie d’Alzheimer, il avait continué de se produire sur scène jusqu’en 2021.
Ces dernières années, il avait trouvé en Lady Gaga une formidable partenaire avec qui il avait enregistré deux albums.

Son nom restera au panthéon des plus grands artistes de la musique américaine. Le chanteur de légende Tony Bennett est mort ce vendredi 21 juillet à New York, sa ville natale. Son décès a été communiqué aux médias par son attachée de presse. Devenu célèbre dès le début des années 50 avec plusieurs tubes comme "Because of You", le crooner du Queens a complètement relancé sa carrière à partir du milieu des années 90. Ce sont les duos avec des figures de la pop, dont Amy Winehouse, ainsi que sa légendaire prestance scénique, qui l'ont fait connaître des nouvelles générations.

En tant que spectateur, je pense qu'il est le meilleur chanteur dans le métier"
Frank Sinitra à propos de Tony Bennett

Ces dernières années, il avait trouvé en Lady Gaga une formidable partenaire avec qui il avait enregistré deux albums en 2014 et 2021. Le premier de ces deux opus en duo, "Cheek to Cheek", a fait de lui le plus vieil artiste avec un album numéro 1 au Billboard 200, le classement de référence aux Etats-Unis. Le duo était également parti en tournée ensemble en 2015. C’est avec elle qu’il a fait sa dernière apparition sur scène en août 2021 lors d’un concert donné au Radio City Music Hall de New York. Un spectacle sobrement intitulé "One Last Time" ("une toute dernière fois"). Quelques mois auparavant, son épouse a révélé qu’il souffrait de la maladie d’Alzheimer. Le diagnostic avait été effectué en 2016, mais le chanteur avait continué sa carrière, jonglant entre spectacles et enregistrement d’albums.

Né le 3 août 1926 à Astoria, dans le quartier du Queens, le plus cosmopolite de New York, pendant la période de la grande dépression, Anthony Benedetto, de son vrai nom, doit une partie de sa longévité musicale à sa technique vocale. Formé au bel canto, celui qui se faisait appeler Joe Bari au tout début de sa carrière aura conservé sa voix intacte tout au long de sa vie, capable de pousser les décibels jusque dans les stades, à 80 ans passés. Costumes toujours impeccables, pochette, élégance naturelle, Tony Bennett incarnait la chanson de l'après-guerre, sans tomber dans la ringardise, et sans jamais, pour autant, sortir de son registre.

Il reste peu de classiques de lui, contrairement à Frank Sinatra, un autre fils d'immigrés italiens de la région de New York, auquel il a été beaucoup comparé mais dont le succès a été bien supérieur. "En tant que spectateur, je pense qu'il est le meilleur chanteur dans le métier", dira Sinatra. "Il m'enthousiasme quand je le vois, il m'émeut". Tony Bennett, qui a adopté le nom de scène américanisé que lui suggérait l'humoriste Bob Hope, a conservé un public fidèle, entretenu grâce à des milliers de concerts et une prestance scénique reconnue par tous. 

Il a survécu à une overdose en 1979

Malgré un public fidèle, Tony Bennett connaîtra une traversée du désert durant les années 70 et 80, une mauvaise passe marquée par une addiction à la cocaïne et une overdose, en 1979, dont il réchappera. Son fils Danny finira par intervenir et lui offrir une seconde carrière en l'introduisant auprès d'un public plus jeune. En 1994, il atterrit ainsi sur la chaîne musicale MTV pour un "Unplugged", cette série de concerts acoustiques plutôt réservés aux jeunes artistes en vogue. 

En 2006, il sort l'album "Duets: An American Classic", une série de duos avec de très grands noms de la musique populaire, de Stevie Wonder à Bono, qui l'accompagnent sur des reprises. Le succès est total, au point qu'un second opus "Duets II", sortira en 2011, avec, de nouveau, le gratin de la chanson, qui lui permettra d'accrocher pour la première fois, le sommet des ventes de disques aux Etats-Unis, à 85 ans. L'album contient ses premiers duos avec Lady Gaga et Amy Winehouse. "J'aime essayer des choses nouvelles tout le temps", disait le crooner au journaliste Charlie Rose sur la chaîne PBS en 1993. Durant sept décennies, il aura suivi le conseil de Frank Sinatra : "Ne sois jamais prévisible". 


D.D.F. avec AFP

Tout
TF1 Info