Mort de Gaspard Ulliel à l'âge de 37 ans

"Saint Laurent", "Juste la fin du monde", "Hannibal Lecter"... Les rôles marquants de Gaspard Ulliel

Delphine DE FREITAS
Publié le 19 janvier 2022 à 15h41, mis à jour le 19 janvier 2022 à 21h18
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

HOMMAGE – L’acteur français à la gueule d’ange est décédé ce mercredi à l’âge de 37 ans après un accident de ski. Retour sur cinq rôles qui ont marqué une carrière de plus de 20 ans sur grand écran.

Il était l’un des visages marquants du cinéma français. Un physique de mannequin, une voix grave reconnaissable entre mille et cette cicatrice à la joue gauche née d’une morsure de chien durant l’enfance. 

Gaspard Ulliel, 37 ans, a succombé à ses blessures après un accident de ski en Savoie. Il laisse derrière lui une riche filmographie, entre la France et Hollywood où il venait de tourner dans une série Marvel.

VIDÉO LCI PLAY - Gaspard Ulliel, un destin briséSource : Sujet TF1 Info
JT Perso

"Les Égarés" (2003)

Beaucoup en parle comme le film qui a tout changé. Celui qui lui a permis de se faire un nom dans le monde si fermé du cinéma français. "C’était mon premier grand rôle et mon premier vrai travail de composition, ça m’a tout appris", raconte-t-il à Trois Couleurs. Gaspard Ulliel a 19 ans quand il tourne sous la direction d’André Téchiné. Dans Les Égarés, il séduit Emmanuelle Béart en plein exode pendant la Seconde Guerre mondiale. Sélectionné au Festival de Cannes, le film offre au jeune comédien une deuxième nomination au César du meilleur espoir masculin après celle décrochée pour Embrassez qui vous voudrez de Michel Blanc l’année précédente.

"Un long dimanche de fiançailles" (2004)

Gaspard Ulliel glisse de la Seconde Guerre mondiale à la Première devant la caméra de Jean-Pierre Jeunet. Il incarne le fiancé d’Audrey Tautou dans cette adaptation du roman de Sébastien Japrisot cité deux fois aux Oscars. Persuadée que Manech n’a pas perdu la vie dans les tranchées de la Somme, Mathilde part à sa recherche. Un rôle clé pour le jeune acteur qui décroche enfin le César du meilleur espoir pour sa troisième nomination d’affilée.

"Hannibal Lecter : les origines du mal" (2007)

Son visage poupon fait des merveilles dans ce film. Car comment imaginer qu’un homme en apparence si innocent finisse par devenir l’un des tueurs les plus violents de l’histoire du cinéma ? Pour son premier rôle dans un film américain, Gaspard Ulliel donne vie au jeune Hannibal Lecter. Le succès n’est pas à la hauteur de celui du Silence des agneaux mais lui permet de se faire remarquer à Hollywood. Il sera au printemps l’un des héros de la série Marvel Moon Knight avec Oscar Isaac.

"Saint Laurent" (2014)

La ressemblance est frappante. Gaspard Ulliel ne fait qu’un avec Yves Saint Laurent dans le biopic de Bertrand Bonello qui, hasard du calendrier, sort la même année que celui de Jalil Lespert avec Pierre Niney dans le rôle-titre. Le César du meilleur acteur échouera à ce dernier. Pas de quoi éclipser pour autant la performance incandescente de Gaspard Ulliel dans le costume du couturier. Sensuel, torturé et terriblement sincère. Il devait retrouver le réalisateur pour La Bête, une romance futuriste avec Léa Seydoux qui était en préproduction.

"Juste la fin du monde" (2016)

Le coup de fil est arrivé après la sortie de Saint Laurent. Grand admirateur du comédien depuis plusieurs années, le Canadien Xavier Dolan lui confie le rôle principal de son nouveau film. Un huis clos familial adapté d’une pièce Jean-Luc Lagarce, dans laquelle Gaspard Ulliel retrouve sa famille après 12 ans d’absence pour leur annoncer qu’il va bientôt mourir. Une interprétation remarquable qui lui permettra de décrocher le César du meilleur acteur.


Delphine DE FREITAS

Tout
TF1 Info