Mort du compositeur Jean-Pierre Bourtayre, connu pour des tubes de Claude François ou Michel Sardou

Publié le 5 mars 2024 à 15h59

Source : JT 13h Semaine

Le musicien et compositeur français Jean-Pierre Bourtayre est décédé ce lundi 4 mars à l’âge de 82 ans.
Mélodiste attitré de Claude François, on lui doit notamment les tubes "Le téléphone pleure" ou "Alexandrie Alexandra".
Il avait également collaboré avec Michel Sardou, Eddy Mitchell, Françoise Hardy, France Gall ou encore Richard Anthony.

Il est à l'origine de chansons qui ont marqué des générations. Jean-Pierre Bourtayre est décédé à l’âge de 82 ans, a annoncé mardi la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) dont il fut vice-président d'honneur. Auteur prolifique, on lui doit les mélodies de certaines des plus belles chansons de Claude François comme "Y'a le printemps qui chante", "Le téléphone pleure", "Magnolias for Ever" ou encore "Alexandrie Alexandra". 

Ce dernier titre marquera un tournant dans la carrière du chanteur. "En 1977, Claude, qui était à l'affût de tout ce qui se passait en musique, a eu envie de se lancer dans le style disco", expliquait le compositeur à la Sacem, qui lui rend hommage sur son site. "Au début, il avait l'intention de chanter en anglais, mais je l'en ai dissuadé, parce qu'il y avait déjà Sheila et Patrick Juvet : il n'allait pas être le troisième."

Son père avait signé des musiques pour Tino Rossi

C'est Jean-Pierre Bourtayre qui proposa à Etienne Roda-Gil d'écrire des paroles pour le chanteur, dont "Magnolias for Ever" et "Alexandrie Alexandra". Etienne Roda-Gil "n'était pas du tout enthousiaste, mais j'ai réussi à organiser une rencontre et ils se sont très bien entendus", se souvenait le musicien. "Pourtant, l'un redoutait de se retrouver avec un gugusse agité, l'autre avec un intello ennuyeux..."

Lui-même fils de compositeur (son père, Henri Bourtayre, a signé des musiques pour Tino Rossi, Luis Mariano ou Maurice Chevalier), Jean-Pierre Bourtayre a d'abord composé des thèmes originaux pour Dick Rivers ou Eddy Mitchell. Puis il y eut Françoise Hardy, France Gall, Richard Anthony ou Marie Laforêt.

On lui doit le générique d'"Arsène Lupin"

Celui qui fut aussi directeur artistique des disques Barclay, a composé le thème de "Un banc, un arbre, une rue" qui permit à la chanteuse française Séverine de remporter l'Eurovision en 1971. On lui doit aussi les notes du générique de la série télé Arsène Lupin chanté par Jacques Dutronc ("Gentleman cambrioleur"). 

"Je salue ce grand nom de la chanson française (...). Son œuvre restera éternellement dans notre mémoire collective", indique Christine Lidon, présidente du conseil d'administration la Sacem, sur le site de l'institution.


Rania HOBALLAH

Tout
TF1 Info