Orelsan visé par une pétition contre l’usage du terme "mongol" dans son nouvel album

Jérôme Vermelin
Publié le 22 décembre 2021 à 17h50
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

POLÉMIQUE – L’association Routes Nomades reproche à Orelsan d’utiliser de manière péjorative le terme "mongol" dans la chanson "L’odeur de l’essence". Appelant au boycott du rappeur, elle lui demande de présenter ses excuses et de retirer la partie du texte en question.

C’est le titre phare de l’album Civilisation, actuellement n°1 des ventes. Dans "L’odeur de l’essence", Orelsan utilise à deux reprises le terme "mongol". "On prend des mongols, leur donne des armes / Appelle ça 'justice', s’étonne des drames", balance le rappeur. Puis plus loin : "Depuis qu’les mongols sont dev’nus des experts / Entourés d’mongols, l’Empire mongol / On fait les mongols pour plaire aux mongols".

Dans une pétition mise en ligne sur la plateforme Change.org, l’association Routes Nomades, co-fondée par l’ethno-musicologue Johanni Curtet, appelle au "boycott de l’appellation offensante du terme mongol". Elle cumule déjà plus de 12.000 signatures.

"Comme vous le savez, le terme 'mongol' définit l’identité culturelle et nationale de tout un peuple", peut-on lire. "Ce nom qui devrait être neutre comme les adjectifs 'français', 'anglais', 'juif', 'inuit' et bien d’autres, est malheureusement encore et toujours en usage en français, connoté d’'idiot'". 

"Dérivé de l’appellation raciste de la trisomie 21, cette connotation est apparue au XVIIIe siècle. Si le sens de la chanson renvoie bien ici à une personne idiote, et ne renvoie pas aux gens de nationalité ou d’origine mongole (de Mongolie) son usage reste raciste et discriminatoire", ajoute l’association.

"Par son contenu incitant à la haine et banalisant des insultes discriminatoires envers l’identité d’un peuple, l’acte du chanteur très populaire Orelsan représente un danger au vivre ensemble, indispensable à la cohésion sociale de la société cosmopolite", poursuit Routes Nomades. 

L’association demande à Orelsan de présenter des excuses publiques et de retirer la partie de la chanson en question. Elle appelle également les médias à boycotter la chanson et demande aux festivals à ne pas programmer son auteur tant qu’il n’aura pas répondu à ses demandes.


Jérôme Vermelin

Tout
TF1 Info