Percutant et engagé, Orelsan dénonce la montée des extrêmes en France dans "L’odeur de l’essence"

Jérôme Vermelin
Publié le 17 novembre 2021 à 15h14
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

EN COLÈRE - Le rappeur Orelsan vient de dévoiler le clip de "L’odeur de l’essence", premier extrait de l’album "Civilisation" à paraître vendredi. Un titre très politique sur lequel il dresse un portrait apocalyptique de la France à la veille de l’élection présidentielle.

C’est devant un écran géant, projetant une succession d’images d’actualité, qu’Orlesan dégaine les paroles de "L’odeur de l’essence", un avant-goût percutant de l’album Civilisation disponible ce vendredi. Et c’est déjà un évènement puisque le rappeur caennais de 39 ans livre sans doute l’un des titres les plus sombres et engagés de sa carrière, en prise directe avec les débats du moment. 

Dès le premier couplet, le voilà qui décline les ingrédients du cocktail qui, selon lui, menace la société française : "La nostalgie, leur faire miroiter la grandeur d’une France passée", "la peur, les persuader que des étrangers vont venir dans leur salon pour les remplacer" ou encore "la haine : les faire basculer dans les extrêmes, allumer l’incendie, tout enflammer".

Pour Orelsan, "les jeux sont faits, tous nos leaders ont échoué, ils seront détruits par la bête qu’ils ont créée. La confiance est morte en même temps que le respect. Qu’est-ce qui nous gouverne ? La peur et l’anxiété", constate-t-il, grave comme jamais. "Plus personne écoute, tout le monde s’exprime, personne change d’avis. Que des débats stériles."

Lire aussi

Violences conjugales, bavures policières, crise de l’hôpital et de l’école... Le rappeur dresse un portrait apocalyptique de l’Hexagone en 2021 et dénonce la mode du clash, des plateaux aux réseaux sociaux. "L'intelligence fait moins vendre que la polémique, Battle Royale, c'est chacun pour sa p'tite équipe. Connard facho, connasse hystérique, tout est réac', tout est systémique", lance-t-il avec son flow si atypique.

La prochaine élection présidentielle ? "Tous les vieux votent, ils vont choisir notre avenir. Mamie vote Marine, elle a trois ans à vivre", ironise Oreslan, retrouvant un semblant d'humour. "Les moutons veulent juste un leader charismatique, aucune empathie, tout est hiérarchique", déplore-t-il ensuite. "Si le président remporte la moitié des voix, c’est que les deux tiers de la France n’en voulaient pas."


Jérôme Vermelin

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info