Réédition de son album, documentaire et tournée complète : la folle fin d’année d’Orelsan

par Delphine DE FREITAS
Publié le 17 octobre 2022 à 16h58
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Le rappeur de Caen a annoncé la sortie à la fin du mois d'une nouvelle version de "Civilisation" agrémentée de dix titres inédits.
Un album dont son frère, Clément Cotentin, raconte la création étape par étape dans la deuxième partie de la série documentaire "Montre jamais ça à personne" sur Prime Video.
De quoi promettre une savoureuse dernière ligne droite, qui verra 2022 se conclure par une série de trois concerts à Paris La Défense Arena.

Il a fêté ses 40 ans au cœur de l’été. Nouvelle décennie, mais même énergie pour Orelsan qui semble inarrêtable en cette fin d’année. C’est simple, il est partout. Sur les écrans, sur les radios et sur scène. Comme une mise en application du refrain de son titre "Ensemble", "viens, on reste ensemble". Le rappeur caennais ne quitte plus son public à qui il ouvre grand les portes du processus de création de son dernier album. 

Plus gros succès de en 2021 en France avec quelque 340.000 exemplaires écoulés – alors qu’il est sorti en novembre, "Civilisation" a assis la popularité déjà monstre de son auteur. Sauf que sa conception n’a pas été aussi éclair que ses ventes.

Un très attendu duo avec Angèle

Sacré meilleur artiste masculin aux dernières Victoires de la musique, Orelsan en parle comme de l’album le plus difficile de sa carrière. "Il a été compliqué de A à Z", souligne-t-il dans le JDD lors d'une interview commune avec son frère. Clément Cotentin, ancien journaliste de trois ans son cadet, a reconstitué le parcours de son aîné dans une formidable série documentaire disponible sur Prime Video sortie l'an dernier. Les quatre nouveaux épisodes de Montre jamais ça à personne, visibles depuis le 13 octobre, sont consacrés à la naissance de "Civilisation". 

Des premiers mots posés dans ses notes d’iPhone au début du tout premier confinement à une salle de Bercy comble qui reprend ses paroles en cœur. "Avec Clem, on a toujours aimé les documentaires sur les coulisses de la création dans l’art. Et j’ai adoré le résultat, car tous les enjeux, les ressorts dramatiques, l’intrigue sont liés à la musique et aux affres de la création", commente l’artiste.

Il ne cache rien des périodes de doute, des échecs mais aussi des coups d’éclat qui ont permis de débloquer la machine. "Je crois que tu m’as plus filmé sur ces deux années qu’en vingt ans !", lance Orelsan à son frère dans le même entretien. Coupé de ses comparses Skread et Ablaye par la pandémie, le rappeur a enregistré une centaine de maquettes pour n’en garder que 20. "Civilisation" compte 15 morceaux au total. 

Mais pourquoi s’arrêter là ? En se revoyant à l’œuvre dans le documentaire, le Caennais s'est dit que certaines bases "n’étaient pas si nazes". "Pendant les six, sept, huit derniers mois, je les ai retravaillées et je vais les sortir le 28 octobre", a-t-il annoncé ce lundi sur ses réseaux sociaux en parlant de dix chansons supplémentaires. Comme un cadeau de Noël en avance.

Sont notamment concernés "À la France", que Skread qualifie de "summum du truc le plus pourri qu’il pouvait faire"

"une chanson de rupture" et un duo avec Angèle qui n’avait pas pu aboutir faute de temps. Autant de morceaux qui pourraient trouver leur place sur une setlist remaniée de son Orelsan Tour. Après une première partie de tournée triomphale marquée par cinq arrêts à Paris Bercy, il a fait danser les festivals de juin à août. 

Lire aussi

Il reprend la route dans sa Normandie natale dès le 25 octobre à Rouen avant un passage à Londres le 2 novembre. Un total de 23 dates dont 17 affichent déjà complet. Le feu d’artifice final est programmé du 8 au 10 décembre à Paris La Défense Arena. Il ne lui reste que quelques tickets à vendre pour faire aussi bien que Les Rolling Stones, qui avaient inauguré la salle d'une capacité de 40.000 places avec trois shows à guichets fermés en 2017.


Delphine DE FREITAS

Tout
TF1 Info