Netflix investit dans le cinéma français.... de là à remporter un jour un César ?

par Jérôme VERMELIN
Publié le 23 février 2022 à 12h08
Netflix investit dans le cinéma français.... de là à remporter un jour un César ?

Source : AFP

Netflix vient de donner les détails de sa contribution financière au cinéma français lors des trois prochaines années.
Elle porte sur une dizaine de films que la plateforme pourra diffuser en exclusivité, 15 mois après leur sortie en salles.
À terme, le géant numérique pourrait donc concourir aux César, comme c’est déjà le cas aux Oscars.

Et si une production Netflix remportait un jour le César du meilleur film ? L’hypothèse a longtemps paru farfelue pour certains, voire scandaleuse pour d’autres. Elle est devenue soudain plus crédible avec l’accord que les principaux syndicats du cinéma français viennent de signer avec la plateforme américaine.

Mercredi, cette dernière a en effet annoncé s’engager à investir 4% de son chiffre d’affaires annuel en France en faveur de la création locale, pendant les trois prochaines années pour le moment. Soit un minimum garanti de 30 millions d’euros par an, auquel s’ajoutent 10 millions en faveur de productions européennes en langue française. 

Ce deal porte sur un minimum de 10 films que Netflix pourra diffuser en exclusivité pendant 7 mois, à partir de 15 mois à partir de leur sortie en salles, en vertu de la nouvelle chronologie des médias établie sous l’égide du ministère de la Culture fin janvier. Des films qui seront donc éligibles aux César, selon toute vraisemblance.

La fin d'une exception française ?

C’est une petite révolution puisque jusque-là, aucun film de la plateforme n’est jamais sorti sur grand écran chez nous et n’a donc pu concourir à la cérémonie. Et pour cause : l’ancienne chronologie des médias, conçue afin de donner la primeur des nouveaux films aux salles, l’obligeait à attendre 36 mois entre une sortie au cinéma et une diffusion en streaming.

Pendant longtemps, Netflix a déploré cette "exception française" puisque partout ailleurs dans le monde, la plateforme a la possibilité d’effectuer des sorties simultanées au cinéma et en streaming. On se rappelle qu’à l’été 2017, plusieurs salles parisiennes avaient renoncé à diffuser Okja de Bong-Joon Ho sous la pression des exploitants, choqués qu’une production de plateforme vienne concurrencer les films passés par le circuit traditionnel du financement du cinéma français.

Lire aussi

Reste maintenant à savoir quel type de films entreront dans le deal annoncé mercredi. S’ils sont du même niveau que les productions hexagonales récemment proposées par la plateforme à ses abonnés – au hasard 8 rue de l’Humanité de Dany Boon ou Big Bug de Jean-Pierre Jeunet -  il y a peu de chance de voir la plateforme remporter un César, du moins à court terme.

Outre-Atlantique, en revanche, Netflix fait désormais de la concurrence aux films des majors traditionnelles, attirant les plus grands talents à coups de dollars. La preuve ? Pour la première fois, c'est l’une de ses productions, le western The Power of The Dog de Jane Campion, qui arrive en tête des nominations aux Oscars qui seront remis le 27 mars prochain. 


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info