Nicolas Canteloup et Europe 1, c'est fini

ML (avec AFP)
Publié le 22 juillet 2021 à 20h35
Nicolas Canteloup à Paris, en octobre 2014.

Nicolas Canteloup à Paris, en octobre 2014.

Source : MARTIN BUREAU / AFP

DÉPART - Europe 1 a décidé de se séparer de son humoriste emblématique, qui avait récemment critique Vincent Bolloré, premier actionnaire du groupe Lagardère. Cette séparation s’ajoute à la longue liste des animateurs non reconduits à la rentrée.

Après seize ans à l’antenne d’Europe 1, l’histoire se termine : Nicolas Canteloup ne présentera plus ses chroniques humoristiques dans la matinale de la radio privée, dans laquelle il officiait depuis 2005, a annoncé jeudi 22 juillet son producteur Jean-Marc Dumontet. 

"Nous ne savions pas le 2 juillet dernier que nous accomplirions notre dernière revue de Presque sur Europe 1", peut-on lire dans le texte publié sur le compte Twitter du producteur, sous le message "Nicolas Canteloup et Europe 1 c'est fini". "Avec une profonde tristesse, nous avons appris que nous ne reviendrions plus à ce beau rendez-vous que nous honorions depuis 2005, a-t-il ajouté. Nous quitterons donc Europe 1, notre maison où nous avons été tellement libres et heureux.” 

Le producteur a tenu à louer le ton impertinent des chroniques de l'humoriste, avant une conclusion cinglante : "Nous détesterions qu’Europe 1 manque à son histoire"

Départs en cascade face au rapprochement d'Europe 1 avec CNews

L’animateur et imitateur s'était récemment montré très critique à l’égard de Vincent Bolloré, premier actionnaire du groupe Lagardère. Dans sa ligne de mire, le rapprochement de la radio avec la chaîne de télévision CNews, qui fait aussi partie du groupe Canal+, filiale de Vivendi, et qui propulsera à la rentrée nombre de ses animateurs dans la grille des programmes d’Europe 1. 

 

Lors de la grève de cinq jours lancée à la radio fin juin, Nicolas Canteloup avait parodié à l’antenne Eric Zemmour et Pascal Praud, figures emblématiques de CNews. Le chroniqueur s’en était aussi pris à Arnaud Lagardère, qu’il avait comparé à l’entraîneur Raymond Domenech en épinglant la "composition d’une nouvelle équipe offensive avec un flanc droit renforcé". Une référence implicite à Louis de Raguenel, ex-Valeurs Actuelles tout juste promu chef du service politique.

Ce sont probablement ces sorties qui lui auront coûté sa place. Ce départ s’ajoute à celui de nombreuses voix d’Europe 1, parmi lesquelles Pascale Clark, Patrick Cohen, Anne Roumanoff, Wendy Bouchard, Jimmy Mohamed, Emilie Mazoyer ou encore Sophie Larmoyer, aux manettes de l'émission "Carnets du monde" depuis 2005. Une hémorragie accentuée par le départ de beaucoup d'autres salariés moins connus de l’entreprise.


ML (avec AFP)

Sur le
même thème

Tags

Tout
TF1 Info