"Nomadland" : pourquoi le grand favori des Oscars ne fait pas plaisir à la Chine

Jérôme Vermelin
Publié le 26 mars 2021 à 16h19, mis à jour le 27 mars 2021 à 10h13
Chloé Zhao et Frances McDormand sur le tournage de "Nomadland"

Chloé Zhao et Frances McDormand sur le tournage de "Nomadland"

Source : Fox Searchlight

POLÉMIQUE – Désigné film de l’année cette semaine par l’association des producteurs hollywoodiens, le drame "Nomadland" irrite Pékin. En cause : des déclarations passées de sa réalisatrice, la Chinoise Chloé Zhao, exilée aux États-Unis depuis l’adolescence

Qui aurait cru qu’un jour, une artiste chinoise raconterait le prolétariat américain avec autant de force que d’élégance ? À Hollywood, tout le monde ne jure plus que par Chloé Zhao, 38 ans, la réalisatrice de Nomadland. Basé sur le livre éponyme de la journaliste Jessica Bruder, ce drame à tout petit budget met en scène, Fern (l’impériale Frances McDormand) une sexagénaire qui après avoir tout perdu suite à la crise financière de 2008, décide d’arpenter les États-Unis à bord d’une camionnette. Sur sa route, elle fait la rencontre d’autres laissés-pour- compte du rêve américain...

Couronné par le Lion d’or à la Mostra de Venise en septembre dernier, Nomadland a remporté le Golden Globe du meilleur film dramatique et de la meilleure réalisation en février, une première pour une femme depuis Barbra Streisand avec Yentl, en 1984. Ce mercredi, il a été désigné meilleur film de l’année par l’association des producteurs d’Hollywood, renforçant son statut de grand favori des prochains Oscars, le 25 avril, nommé dans six catégories.

En Chine, la notoriété nouvelle de Chloé Zhao a provoqué des réactions pour le moins contrastées. Dans un premier temps, les médias officiels se sont empressés de saluer la victoire de la cinéaste, née à Pékin en 1982. Fille d’un industriel, remarié à une célèbre actrice comique, Chloé Zhao est envoyée étudier en Grande-Bretagne à l’âge de 15 ans. Après avoir terminé sa scolarité à Los Angeles, elle fréquente les bancs d'une grande école de cinéma à New York. Ses références ? Des grands auteurs comme Wong Kar-Waï, Terrence Malick ou encore Werner Herzog. Même si elle avoue une passion d'enfance pour les films d'Arnold Schwarzenegger... 

En 2013, alors qu’elle prépare son premier film, Les Choses que mon frère m'ont apprises, la jeune femme accorde une interview au magazine FilmMaker. Interrogée sur la résonance personnelle de ce drame centré sur une adolescente élevée dans une réserve indienne, Chloé Zhao explique : "Tout remonte à l’époque où j’étais adolescente en Chine, vivre dans un lieu où il y a des mensonges partout. Je recevais beaucoup d’informations qui étaient fausses durant ma jeunesse, et je suis devenue très rebelle vis-à-vis de ma famille et de mon héritage. Je suis allée en Angleterre et soudain j’ai réappris mon histoire."

Toujours disponible en ligne dans son intégralité, cet entretien va être exhumé par de nombreux internautes qui s’en servent pour qualifier de Chloé Zhao de "traîtresse". Fin mars, les mots clés #Nomadland et #NomadlandReleaseDate disparaissent mystérieusement du réseau social Weibo, laissant planer le doute sur la sortie du film en Chine, pour l’instant prévue le 24 avril.

"Bloquer les références à Nomadland souligne la nouvelle position de pouvoir de la Chine vis-à-vis de l’industrie cinématographique", explique au New York Times l’universitaire Aynne Kokas, auteure du livre Hollywood Made in China. "S’agissant désormais du plus grand marché au monde, elle n’a plus l’obligation de faire entrer des films américains." Surtout lorsque l'un d'entre eux provient d'une réalisatrice qui a tourné le dos à son pays...

Outre-Atlantique, cette polémique ne devrait pas entamer les chances de Nomadland aux Oscars. D’autant plus au moment où le nouveau président américain Joe Biden multiplie les déclarations musclées envers la Chine, en matière de Droits de l’homme notamment. Après être sorti sur une poignée d'écrans en IMAX en janvier aux États-Unis, le film bénéficiera d'une sortie mondiale sur Disney+ le 30 avril. En France, il devrait toutefois être distribué en salles, lors de leur réouverture.

Chloé Zhao, de son côté, n’a pas réagi à la polémique, préférant se concentrer sur la réalisation de son prochain film. Rien à voir avec les précédents puisqu’il s’agit de Eternals, l’adaptation d’un comics Marvel avec Angelina Jolie, Richard Madden et Salma Hayek. Un film 100% américain, à coup sûr, même si cette fan de mangas a promis d’y apporter sa touche personnelle. 

Vous aimez le cinéma ? Alors découvrez notre podcast "Le cinéma c'est la vie en mieux !"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée : 

Sur APPLE PODCAST 

Sur DEEZER 

Sur SPOTIFY

"Le cinéma, c’est la vie en mieux", c'est le podcast qui va vous donner envie de retourner au ciné. Dans chaque épisode, Jérôme Vermelin part à la rencontre des acteurs, des réalisateurs, des producteurs et de tous ceux qui font l’actualité du Septième art. Ils partagent avec lui leur passion du métier. Les films qui leur ont donné envie de sauter le pas. Et leurs petits secrets de tournage...


Jérôme Vermelin