Omar Sy et Audrey Lamy avouent être "totalement accros" à "Angry Birds"

Le service METRONEWS
Publié le 10 mai 2016 à 15h00
Omar Sy et Audrey Lamy avouent être "totalement accros" à "Angry Birds"

INTERVIEW – A partir de ce mercredi, Omar Sy et Audrey Lamy prêtent leurs voix à "Angry Birds", l’enthousiasmante transposition cinématographique du célèbre jeu vidéo homonyme. Dans une bonne humeur contagieuse, les deux stars de la comédie française ont livré pour metronews leur sentiment concernant ces oiseaux qui ne savent pas voler.

Avez-vous fait partie des centaines de millions de personnes qui ont téléchargé Angry Birds sur leurs portables ?
A.L. :
Oui ! Je dis oui à cette question ! J’ai été addict à ce jeu, complètement droguée, coupée du monde…
O.S. : Ouais ! (en hochant la tête avec un grand sourire)
A.L. : Ça m’arrivait même de devenir agressive à cause de ça…  
O.S. : Mais oui, t’as raison… C’était parfois très frustrant.

Adapter un jeu pareil, sans histoire apparente, était un exercice casse-gueule. Du coup, avez-vous été sceptiques quand Sony vous a contactés pour doubler les voix des volatiles ?
O.S. 
: Non, au contraire !
A.L. : C’était génial de se dire qu’on saurait enfin pourquoi ces oiseaux ne volent pas. Ce jeu a soulevé tant de questions… Qu’est-ce qui se passe vraiment derrière les personnages ?
O.S. : Mais grave ! Pourquoi les cochons sont-ils verts ? Qu’est-ce qu’ils ont ? Pourquoi le lance-pierres ?
A.L. : Sans être sceptique, je me suis demandée ce qu’ils allaient bien pouvoir nous raconter sur une base aussi mince que des volatiles qui cassent des cages.
O.S. : Si on prend par exemple l’adaptation cinématographique d’Assassin’s Creed, la pression est vraiment réelle… Il y a en effet toute une histoire autour, avec un univers très ciblé, riche en références… Amener ce type de jeu sur grand écran est dangereux parce que, comme dans le monde des comics, les fans peuvent être impardonnables. Mais dans le cas d’Angry Birds, c’était totalement libre. Les scénaristes ne pouvaient apporter que des réponses à nos questions et ils ont réussi à célébrer toute la mythologie du jeu. Dont la TNT, qu’on attend et qui arrive à la fin ! (rires)

"La colère peut être nécessaire quand elle est utilisée sainement."

Quel est votre oiseau préféré du jeu ?
A.L. :
Le jaune, celui qui accélère pour tout détruire en profondeur.   
O.S. : Bombe quand même ! Quand tu l’as, tu te dis que tu vas faire un gros travail et qu’il restera peu de choses. T’essaye toujours de le mettre au milieu, dans un coin, dans un endroit stratégique, comme les racines, pour que tout s’écroule. Je l’aime bien celui-là.

Omar, qui est Red au final ? Car, mine de rien, on ne le connait qu'en surface... 
O.S. :
C’est le premier oiseau du jeu. Il vit sur une île où la bonne humeur est de mise alors qu’il est toujours en rogne. La société dans laquelle il évolue le met en marge parce qu’il n’arrive pas à s’y adapter. Un jour, il fait une grosse connerie qui perturbe le kiff général et se voit contraint de passer du temps chez Matilda pour un stage de gestion de sa colère.
A.L. : Et Matilda, c’est moi ! On sent qu’elle est passée par là et qu’elle a eu un coach qui lui a appris à respirer, à souffler, à canaliser. Ici, ce qui est bien, c’est qu’on nous rappelle que la colère peut être nécessaire quand elle est utilisée sainement.

Audrey, vous dites volontiers que l’exercice du doublage vous donne l’impression d’avoir 12 ans
A.L. :
Oui… Tout à l’heure, j’ai même dit 8 ans à un de vos confrères. (rires) On est dans le noir, toute la journée, pour interpréter des oiseaux sans être filmés. Franchement, c’est comme si on était dans notre chambre d’enfant. J’ai hâte de pouvoir jouer avec le mien en prenant toutes les voix possibles et imaginables (la comédienne est enceinte de son premier enfant, nldr).

On fait aussi ce genre d’exercice pour ses mômes, non ?
O.S. :
Pour ma part, c’est toujours un plaisir de regarder avec mes enfants les films d’animation que je double. J’adore les regarder en train de regarder le film. C’est un vrai plaisir de les voir réagir… Ça fait naître en plus de superbes discussions.

Qu’est-ce qui vous met en colère ?
O.S. :
Tout le monde nous le demande mais on n’a pas la réponse. Peut-être quelqu’un qui te touche l’épaule de manière répétitive de 7h à midi. A midi, tu peux être très énervé.

A LIRE AUSSI >> Notre interview d'Omar Sy pour la sortie de "Samba"


Le service METRONEWS

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info