"On chasse les migrants au lieu d’essayer de les comprendre" : le coup de gueule de Gérard Depardieu

Jérôme Vermelin
Publié le 1 octobre 2020 à 11h48
"On chasse les migrants au lieu d’essayer de les comprendre" : le coup de gueule de Gérard Depardieu

Source : AFP

ICÔNE - Dans une interview accordée au Point à l’occasion de la sortie de son nouveau livre, Gérard Depardieu dénonce une France repliée sur elle-même et son Histoire.

Gérard Depardieu et la France, c’est une histoire (toujours) compliquée. Dans Ailleurs, son nouveau livre à paraître le 8 octobre aux éditions du Cherche-Midi, l’acteur se livre entre souvenirs d’enfance, récits de voyage et questionnement spirituel. Interrogé cette semaine par nos confrères du Point, l’enfant de Châteauroux en profite pour égratigner, une fois n’est pas coutume, la patrie qui l’a vu naître il y a bientôt 72 ans. 

"La France était déjà confinée, mais elle ne le savait pas. La sauvagerie du confinement, c’est que les politiques ne savent pas où ils sont ni ce qu’est ce putain de Covid. Il y a eu un paquet d’âneries dites depuis mars", déplore l’acteur, sans toutefois remettre en question les mesures sanitaires prises par le gouvernement. "J’ai toujours détesté les politiques, car je déteste que l’on s’occupe de moi (…) Je respecte certains gestes. Mais on nous prend pour des enfants."

Trouver un médecin à la campagne est devenu impossible. Le médecin est noir ? Je ne veux pas y aller, il est noir. On est chez les fous !

Gérard Depardieu dans "Le Point"

Lorsqu’on lui demande si le virus va nous rendre fou, "Gégé" se lâche. "Quand je vois que les Français seraient favorables au rétablissement de la peine de mort ! Ils sont tapés", lance-t-il encore dans cette interview sans langue de bois. Evoquant de nouveau le coronavirus, il lâche : "C’est pas qu’il y a de la délation, il y a le Français. T’as toujours un mec qui te surveille. C’est le Français. Même dans votre métier (le journalisme  - ndlr), il y en a toujours qui appelle : "Depardieu est bourré, il est au poste là, déplore-t-il en évoquant sa récente arrestation en scooter à Paris.

Lire aussi

Pour Gérard Depardieu, "les Français sont coupés de leur Histoire, ils tournent en rond". "Il faut commencer par arrêter de faire trop de politique politicienne et essayer de vivre avec ce que l’on a. Nous avons détruit les trois quarts de ce que nous avions. Ne serait-ce que la ruralité. Trouver un médecin à la campagne est devenu impossible. Le médecin est noir ? Je ne veux pas y aller, il est noir. On est chez les fous !". 

L’acteur en profite également pour mettre son grain de sel dans le débat sur l’immigration, qui revient à intervalles réguliers, notamment à l’approche des élections. "Les migrants, c’est un ailleurs qui nous arrive. On les chasse au lieu d’essayer de les comprendre", regrette-t-il. "Chez les éboueurs, dans le bâtiment, comptez le nombre de Français ! Les migrants veulent en général bosser, apprendre la langue, partager des choses. C’est comme ça que le monde s’est fait depuis Cro-Magnon !".


Jérôme Vermelin

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info