"Pam & Tommy" sur Disney+ : une série sans aucun filtre sur la sextape la plus célèbre des 90s

Delphine DE FREITAS
Publié le 2 février 2022 à 10h30, mis à jour le 2 février 2022 à 10h47
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Le réalisateur de "Moi, Tonya" s’attaque au scandale qui a bouleversé la vie et la carrière de la star d’"Alerte à Malibu".
Huit épisodes prenants qui glissent de la farce au drame, portés par des Lily James et Sebastian Stan bluffants.
Jouissif, déluré et étonnamment sensible.

Los Angeles, 1996. Le mulet est roi, l’Internet balbutiant et le maillot de bain rouge iconique. Celui que porte Pamela Anderson sur les plages de Malibu, où elle sauve des nageurs en détresse à la télévision depuis quatre ans. Elle n’a pas encore 30 ans quand elle est rattrapée par un scandale sans précédent. Une vidéo intime tournée avec son mari Tommy Lee pendant leur lune de miel l’année précédente se retrouve mise sur le marché. Sans qu’aucun des deux amants n’aient donné leur consentement. Cet épisode en a inspiré huit à la plateforme américaine Hulu.

De la bouffonnerie trash au drame intime

Disponible en France sur Disney+ dès le 2 février, la mini-série Pam & Tommy s’inspire d’un article du magazine Rolling Stone paru en 2014. Un récit hautement improbable mais pourtant totalement vrai. Ou comment un électricien un peu paumé a fini par mettre la main sur cette vidéo très privée. Le premier épisode est tout entier dédié à ce personnage. Pas franchement sûr de lui, Rand Gauthier (Seth Rogen) est chargé de faire des travaux chez Tommy Lee. Sauf que le batteur de Mötley Crüe le licencie sans lui verser ce qu’il lui doit. Et le congédie en le menaçant avec une arme à feu.

Alors pour se venger, Rand s’introduit dans la villa pour y voler un coffre-fort. Sans savoir qu’à l’intérieur, se cache la VHS des ébats de ses anciens employeurs. "Je suis le karma et je suis une garce", lâche un Seth Rogen persuadé de mener le combat de sa vie avec une sextape qu’il qualifie "d’instrument de justice". Et qu’il va chercher à transformer en machine à cash. Sa réplique donne le ton d’une série complètement folle, interdite aux moins de 18 ans, où tous les filtres tombent. À l’image d’un couple qui s’est marié à Cancun quatre petits jours après s’être rencontré en boîte de nuit. 

À l’écran, la rencontre entre Pamela Anderson et Tommy Lee n’est qu’excès. Le réalisateur Craig Gillespie (Moi, Tonya) va même jusqu’à reproduire un passage dingue de l’autobiographie du rockeur dans lequel il dialogue avec son pénis. On confirme, ça surprend ! Mais Pam & Tommy glisse brusquement de la bouffonnerie trash au drame intime. Celui d’une femme que le monde a hypersexualisée sans états d’âme avant de la descendre en flèche. Si elle raconte le vol de la sextape, la série s’appuie surtout à raconter comment l’affaire a bouleversé le quotidien et la carrière de la star.

Tommy Lee a beau lui répéter qu’ils sont "dans cette histoire ensemble", il n’y a qu’elle qui semble pâtir de l’emballement médiatique. Seul son nom s’affiche sur la jaquette de la K7 d’un film renommé "Pamela’s hardcore sex video". Et elle seule est convoquée par la justice quand le couple tente d’empêcher la publication du contenu de la vidéo par Penthouse. Le tribunal tranchera en faveur de la direction du magazine porno en invoquant le droit à l’information et la liberté d’expression. 

L'incroyable transformation de Lily James et Sebastian Stan

"Ils ne peuvent pas donner la vraie raison. Ils ne peuvent pas dire que je n’ai aucun droit parce que j’ai passé ma vie publique en maillot de bain, parce que j’ai eu le cran de poser pour Playboy. Ils ne peuvent pas dire que les salopes…. Car ce jugement dit que je suis une salope... Ils ne peuvent pas vraiment dire que les salopes n’ont pas de droit de regard sur les photos de leurs corps. Donc ils disent autre chose", s’insurge la jeune femme dans une puissante tirade. L’empathie avec Pamela Anderson est totale tout au long de la série. D’autant plus qu’elle affronte la tempête en étant enceinte de son premier enfant.

La série ne fonctionnerait pas aussi bien sans son casting tellement bluffant qu’on se demande parfois si ce ne sont pas des archives. Les premières photos de Lily James et Sebastian Stan étaient saisissantes. Les voir en action serait presque hors du temps. Ils ne jouent pas Pamela et Tommy, ils sont Pamela et Tommy. L’actrice de Downton Abbey passait chaque jour plus de 3h30 au maquillage et à la coiffure, l’interprète du Soldat de l’hiver chez Marvel s’est lui recouvert le corps de faux tatouages. 

Mais au-delà de la transformation physique, les deux comédiens ont adopté les attitudes et le phrasé de leurs personnages. Elle est aussi douce que lui est impulsif. L’alchimie est parfaite entre deux héros profondément amoureux, dépassés par une violation de leur intimité encore inédite à l’époque. Pam & Tommy laisse le même sentiment amer que le documentaire Framing Britney Spears, qui montrait comment les médias et le public avaient participé à la chute de la pop star. Née d’un esprit revanchard, l’affaire de la sextape n’aurait jamais existé sans des millions de personnes désireuses de posséder un bout de leur idole sans aucun filtre.

Rand Gauthier en vient même à exprimer des regrets à la fin. Dans un post Facebook au printemps depuis effacé, Courtney Love s’était insurgée contre une série qui venait réveiller "le traumatisme" de son amie Pamela Anderson. Pam & Tommy aurait-elle dû voir le jour ? La question se pose en découvrant les conséquences désastreuses de la publication de la vidéo sur la jeune femme. Mais les huit épisodes offrent aussi un point de vue que peu auraient soulevé avant #MeToo, celui de la victime. Surtout maintenant que les sextapes sont plus souvent devenues des faiseurs et non des destructeurs de carrière. Contactée, l’ex-naïade n’a pas souhaité être impliquée dans le projet qui ne souhaite "que lui rendre justice" selon ses acteurs et la production.


Delphine DE FREITAS

Tout
TF1 Info