Patrick Modiano, Nobel de littérature : "une écriture au laser, où un seul mot peut être tout un monde"

Jérôme Vermelin
Publié le 9 octobre 2014 à 19h06
Patrick Modiano, Nobel de littérature : "une écriture au laser, où un seul mot peut être tout un monde"

HEUREUSE SURPRISE – Une fois encore, l'Académie Nobel a déjoué tous les pronostics en élisant le romancier français Patrick Modiano, 69 ans, au plus prestigieux des prix littéraires.

"C'est bizarre !", a réagi Patrick Modiano, 69 ans, raconte son éditeur Antoine Gallimard. Alors que les bookmakers misaient sur Bélarusse Svetlana Alexievitch, le Kenyan Ngugi wa Thiongo ou encore le Japonais Haruki Murakami, éternel favori , le prix Nobel de littérature a été attribué jeudi à l'écrivain français pour "l'art de la mémoire avec lequel il a évoqué les destinées humaines les plus insaisissables et dévoilé le monde de l'Occupation", a expliqué l'Académie suédoise dans un communiqué .

A l'annonce du prix, les éditions Gallimard organisaient à Saint-Germain-des-Prés une conférence de presse, à la hâte, avec l'heureux lauréat qui a appris la nouvelle alors qu'il déjeunait avec sa femme au restaurant, à Paris. "Cela me semble un peu irréel d'être confronté avec des gens que j'ai admirés", a-t-il déclaré, un peu sonné, se référant à Albert Camus, primé en 1957.

Une enfance vagabonde et solitaire

Fils d'un juif italien proche de la Gestapo et de la pègre, et d'une jeune comédienne flamande, Louisa Colpeyn, Patrick Modiano est né le 30 juillet 1945 à Boulogne-Billancourt. Il vivra une enfance vagabonde et solitaire, souffrant de longs séjours en pensionnats, et du décès prématuré de son frère cadet Rudy, en 1957. Il y puisera l'inspiration d'un œuvre singulière, entre quête identitaire sans fin, romantisme et roman policier en trompe-l’oeil.

Son premier roman, La place de l'étoile, paraîtra en 1967, alors qu'il n'a que 22 ans. Cinq ans plus tard, il décroche le Grand Prix du Roman de l’Académie française pour Les Boulevards de ceinture. Suivront le prix Goncourt en 1978 avec Rue des Boutiques Obscures, puis le Grand prix national des lettres pour l’ensemble de son oeuvre en 1996.

Un grand jour pour la littérature française

"Son style s’est affiné au fil des ans avec une écriture au laser, où un seul mot peut être tout un monde", expliquait jeudi Antoine Gallimard, dont la maison d'édition devrait rapidement réimprimer le dernier roman du lauréat, Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier , publié la semaine dernière à 60 000 exemplaires.

Pour Bernard Pivot, cette récompense "prouve que l’Académie suédoise porte toujours une très grande attention à la littérature française, toujours l’une des meilleures du monde, ce qui n’est pas l’avis de beaucoup de critiques littéraires français".


Jérôme Vermelin

Tout
TF1 Info