En retrait de la vie publique pour raisons de santé, la princesse de Galles est au cœur d’une improbable tempête médiatique.
L’épouse du prince William a été contrainte de présenter des excuses publiques après la publication d’une photo retouchée.
Retour sur deux mois de silence et de rumeurs qui font trembler les murs du palais.

Son large sourire ne l’a pas quittée au moment d’aller à la rencontre des badauds. Toute de bleu vêtue, Kate Middleton a fait le bonheur des Britanniques venus se masser le long de la route menant à l’église St Mary Magdalene, où la famille royale assiste traditionnellement à la messe de Noël. C'était le 25 décembre 2023. Depuis, plus rien. 

Opérée à l’abdomen trois semaines plus tard, la princesse de Galles a disparu des radars pour mieux se reposer. Mais face à l’inquiétude, et surtout l’imagination, des réseaux sociaux, l’opération de communication que le palais pensait bien huilée s’est enrayée pour se changer en chaos médiatique rarement vu du côté des Windsor. Ou comment l’écran de noir a viré à l’écran de fumée en deux mois. 

17 janvier : l’hospitalisation

Le communiqué a surpris. Avant de soulever de nombreuses questions. Kensington Palace annonce le 17 janvier que la princesse de Galles se remet d’une opération "planifiée" à l’abdomen, réalisée avec succès la veille. Sans rien dire de plus sur l’origine des soucis de santé de la quadragénaire, secret médical oblige. Ses services préviennent que Kate ne devrait pas reprendre le travail avant Pâques. La durée de son absence interroge, mais aucun élément supplémentaire n'est donné. Dans la foulée, Clarence House révèle que le roi Charles III subira lui aussi une intervention chirurgicale la semaine suivante pour soigner une hypertrophie de la prostate. Les Britanniques tremblent, les réseaux sociaux commencent déjà à mener l’enquête face à cette transparence à double tranchant.

29 janvier : le retour à la maison

Après dix jours sans nouvelles, un nouveau communiqué confirme que Kate poursuit sa convalescence chez elle à Windsor. "Elle fait de bons progrès", précise le texte, remerciant le public pour ses vœux de rétablissement. William continue ses engagements en solo, les rumeurs sur l’absence de sa femme s’amplifient. La mère de George, Charlotte et Louis devient le sujet préféré des complotistes qui l’imaginent en fuite, en dépression, victime d’une chirurgie esthétique ratée, d’un scénario inspiré du film Gone Girl, avec le prince de Galles dans le rôle de Ben Affleck, ou encore dans le coma. Kensington dit stop fin février et assure que sa princesse "va bien".

4 mars : la photo interdite

Même en congé maternité, elle n’était pas restée loin du public aussi longtemps. Alors la toute première apparition de Kate Middleton après son opération ne pouvait que créer l’évènement. Des paparazzis réussissent à obtenir le cliché que tout le monde attendait en patientant du côté de Windsor. Prise au téléobjectif, la photo grainée est relayée par plusieurs publications américaines. Lunettes de soleil fumées sur les yeux, la princesse est la passagère d’une voiture conduite par sa mère Carole. 

Les tabloïds britanniques, habituellement moins farouches, évoquent cette image mais se refusent à la publier à la demande du palais. Pour les internautes, c’est la preuve qu’il y a bien quelque chose qui cloche. Les Miss Marple d’Internet zooment à outrance, comparent la femme photographiée à d’anciens portraits. La fièvre grimpe jusqu’à ce que certains voient flous et affirment qu’il s’agit en fait… d’un sosie. Dans le même temps, se dessine un autre imbroglio. Le ministère britannique de la Défense annonce que Kate sera de retour aux affaires en juin pour la parade d'anniversaire du roi. Une information jamais confirmée par les services de la princesse qui sera vite retirée du site du gouvernement.

10 mars : la photo officielle

Alors que le Royaume-Uni célèbre ses mères, Kate sort enfin du silence. Comme à son habitude pour les grands évènements familiaux, elle partage sur les réseaux sociaux une photo d’elle, prise cette fois par le prince William, sur laquelle elle est entourée de ses trois enfants. "Merci pour vos voeux et votre soutien continu au cours des deux derniers mois", écrit-elle dans un message qu’elle signe de la lettre C pour Catherine. Une confirmation, chez les Galles, que le texte vient bien d’eux. 

Il n’a pas fallu bien longtemps aux internautes pour découvrir quelques imprécisions sur le cliché, victime selon eux d’un mauvais coup de pinceau sur un logiciel de retouche. En fin de journée, trois agences de presse majeures, dont la Française AFP, évoquent des soupçons de manipulation de l’image et la suppriment de leurs bases. Kensington, lui, ne réagit pas.

Disparition de l'alliance de Kate, cheveux problématiques et vêtements non alignés... Plusieurs éléments visuels posent question sur ce cliché publié le dimanche 10 mars 2024
Disparition de l'alliance de Kate, cheveux problématiques et vêtements non alignés... Plusieurs éléments visuels posent question sur ce cliché publié le dimanche 10 mars 2024 - Kensington Palace / Les Vérificateurs

11 mars : le rétropédalage

C’est sur X que Kate prend la parole dès le lendemain. La princesse porte seule la responsabilité de la polémique. Elle admet que "comme chaque photographe amateur", elle "s’essaie parfois à l’édition" et "présente ses excuses pour la confusion causée par la photo de famille" partagée la veille. De quoi enflammer de plus belle Internet et une partie des médias britanniques, tous se demandant comment les services de communication avaient bien pu se retrouver dans ce bourbier. 

Ce mardi 12 mars, The Sun prend la défense de sa princesse et appelle à ce qu’on "la laisse tranquille". "Les violentes attaques contre la future reine (…) ne sont pas seulement absurdes. Elles ressemblent maintenant à une campagne de harcèlement contre une mère dévouée, qui se remet d’une sérieuse opération", insiste le tabloïd en première page. Kate a depuis été aperçue dans une voiture avec William mais tournait le dos aux caméras. Le palais s’est lui replongé dans son mutisme. Et n’a pas effacé la photo controversée de ses plateformes en ligne.


Delphine DE FREITAS

Tout
TF1 Info