PHOTOS - L’artiste qui a peint le micro-pénis de Donald Trump affirme avoir été tabassée par l'un de ses partisans

Jérôme Vermelin
Publié le 5 mai 2016 à 17h00
PHOTOS - L’artiste qui a peint le micro-pénis de Donald Trump affirme avoir été tabassée par l'un de ses partisans

PAS COOL - Son tableau n’a pas fait sourire tout le monde. Début avril, la jeune artiste américaine Ilma Gore faisait sensation avec une représentation peu flatteuse du milliardaire Donald Trump, nu, un "micro-pénis" entre les jambes. Sur Instagram, elle affirme, photos à l’appui, avoir été tabassée par un partisan du probable candidat républicain à la présidentielle.

La dernière fois qu’on avait entendu parler d’elle, Ilma Gore exposait dans une galerie, à Londres, où son tableau de Donald Trump avait trouvé refuge. Cette artiste américaine avait reçu "un millier de menaces de mort" pour avoir représenté le milliardaire dans le plus simple appareil, un "micro-pénis" entre les jambes. Son œuvre, vendue 1.26 millions d’euros, a été censurée par Facebook et E-Bay.

En début de semaine, la jeune femme, 24 ans, a publié sur son compte Instagram des clichés de son visage, tuméfié, suite à une agression qu’elle attribue aux partisans du probable candidat républicain à l’élection américaine.

"J’ai été frappée au visage par un homme qui est sorti de sa voiture en criant  'Trump 2016' à Los Angeles, quelques jours après mon retour de Londres, à deux pas de chez moi", écrit Ilma Gore, à côté de la photo, impressionnante.

A côté du deuxième cliché, qui montre l’un de ses yeux bien amochés, l’artiste invite d’éventuels témoins à se présenter à la police. Et cite au passage Pablo Picasso : "L’art est un mensonge qui nous permet de dévoiler la vérité."

L'oeuvre d'Illma Gore est exposée depuis le mois dernier à la Maddox Galerie, à Londres. "Il semble que le Royaume-Uni ait un véritable goût pour l'art et suffisamment de recul pour reconnaître l'idée qui est derrière", avait déclaré l'artiste.

James Nicholls, le directeur de la galerie, avait qualifié l’œuvre de "contestée et intéressante". Et d'ajouter avec un certain opportunisme : "Certains peuvent s'en offenser mais d'autres verront l'humour dans le travail de Gore. La Maddox Gallery offre à chacun la chance de voir l'original et de se faire son propre avis."

A LIRE AUSSI
>>
Les Stones demandent à Trump d'arrêter d'utiliser leur musique


Jérôme Vermelin

Tout
TF1 Info