"Plus sombre, plus dramatique" : "Moon Knight" bouscule tous les codes de Marvel

Propos recueillis par Delphine DE FREITAS
Publié le 29 mars 2022 à 17h30
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

La nouvelle série Marvel pour Disney+ fait les présentations avec un héros encore inédit à l’écran dès le 30 mars.
Steven Grant, employé d’un musée londonien, découvre qu’il partage son corps et son esprit avec un mercenaire lié à une divinité égyptienne.
Un univers à part, porté par un grand Oscar Isaac, dont on a parlé avec son réalisateur, l’Égyptien Mohamed Diab.

Il n’avait jamais tourné à Hollywood. Mohamed Diab frappe fort pour ses débuts outre-Atlantique. Cinéaste engagé, l’Égyptien passionné de comics plonge dans l’univers Marvel en mettant en scène un héros méconnu. Le voici aux manettes de la série Moon Knight, qu'il coproduit et dont il dirige 4 des 6 épisodes. 

Le résultat ? Une entrée en matière totalement déstabilisante, qui place le spectateur à hauteur d’un personnage ne comprenant rien à ce qui lui arrive. Steven Grant travaille dans la boutique de souvenirs d’un musée londonien. Une vie somme toute classique, au détail près qu’il enchaîne les trous noirs sans savoir pourquoi. 

Mohamed Diab dirige Oscar Isaac sur le tournage de la série "Moon Knight'. - Marvel

Atteint d’un trouble dissociatif de l’identité, il apprend rapidement qu’il partage son corps et son esprit avec Marc Spector. Cet ancien mercenaire est également l’avatar d’un puissant dieu égyptien, réveillant des luttes millénaires. C’est tout ce qu’on vous dira de l’intrigue alambiquée de cette nouvelle production Marvel Studios portée par des acteurs très convaincants, d’Oscar Isaac à Ethan Hawke en passant par le regretté Gaspard Ulliel. Rencontre avec leur passionnant réalisateur.

C’est très important pour moi de présenter mon pays de manière authentique. Je voulais rester loin de l'orientalisme que je vois toujours

Mohamed Diab

Dans la toute première scène, Ethan Hawke met des morceaux de verre dans ses chaussures et se met à marcher. Ça fait le même effet de débarquer dans l’univers codifié de Marvel ?

Je ne sais pas si Marvel va adorer le fait de me faire saigner mais c'est une excellente métaphore (il sourit). Apprendre quelque chose de nouveau représente toujours un défi. Mais j’ai adoré, je m’épanouis dans ce genre de situation. J'adore l'idée d’être quelqu'un qui réalise des drames et qui maintenant passe à la comédie, à l'action et à l'horreur. Ce sont des choses que je n'avais jamais explorées auparavant. J'ai adoré créer de grands décors, utiliser de grosses machines. Je me suis adapté au style Marvel tout en lui apportant qui j’étais. La série est plus sombre, plus dramatique. C’est un mélange de beaucoup de choses, ça vient aussi de moi. Les Égyptiens feraient une blague lors d'un enterrement. Là, c’est une sombre histoire racontée d'une manière amusante avec de l'action et de l'horreur. 

"Moon Knight" : la bande-annonce de la série Marvel avec Oscar IsaacSource : Sujet TF1 Info
JT Perso

Comment ce projet Marvel est-il arrivé jusqu’à vous ?

J'ai déménagé aux États-Unis il y a trois ans et je cherchais des projets. J’en ai écrit quelques-uns avec ma femme, productrice et co-scénariste Sarah Goher. Ils ont été vendus, on était presque au stade de la pré-production pour certains quand mes agents ont entendu parler de cette série Marvel. Je suis connu sous le nom de "Monsieur Non". C’est très difficile pour moi de trouver quelque chose auquel je me connecte. Après avoir lu le scénario de Moon Knight, j'ai senti que je pouvais le faire mieux que n'importe qui d'autre. Il contient tous les éléments dont je rêve. Il a un poids plus dramatique que la plupart des films issus des comics. Et il représente l'Égypte d'hier et d'aujourd'hui. 

C’est très important pour moi de présenter mon pays de manière authentique. Je voulais rester loin de l'orientalisme que je vois toujours, qui dépeint l’Égypte comme un endroit simplement exotique. C’est comme si pour évoquer la France, on montrait Big Ben plutôt que la tour Eiffel. Avec ma femme, on a préparé un pitch de 200 pages qui couvrait tout :  l'édition musicale, les couleurs, les thèmes visuels, la façon dont je voulais développer les personnages, les lieux où l'on voulait filmer, tout ce que l'on peut imaginer. 

Vous êtes fan de comics mais connaissiez-vous Moon Knight ?

Absolument pas ! Je ne savais rien de lui. En Égypte, on n’a que les mecs célèbres : Spider-Man et Batman. Mais pour moi, c'était un avantage. Je comprends le monde des comics, comment ça se fonctionne. Je n'avais pas le fardeau de connaître les personnages au point de devoir mettre ça ou ça dans le récit. Ma seule priorité, c’était de faire une bonne histoire. On a pitché notre version d'Arthur Harrow (Ethan Hawke), méchant qui n'existait pas de cette manière dans le comics. Maintenant, j’ai un doctorat en Moon Knight après deux ans (il sourit).

Beaucoup de personnes disent que s'il n'y avait pas le logo au début, vous ne sauriez peut-être pas que c'est Marvel

Mohamed Diab

Je me sentie totalement désorientée face aux quatre premiers épisodes présentés à la presse. Pourquoi Moon Knight est-il le super-héros parfait pour pousser le MCU dans une autre dimension ?

Marvel a toujours été très intelligent en se réinventant à chaque fois. Après avoir vu tous ces super-héros, tout le monde en veut un nouveau. Quelqu'un d'intéressant, de différent. C’est aussi pour ça que les gens ont accroché dès la bande-annonce, en voyant qu'elle n'est connectée à rien d'autre du monde Marvel. J'adore le fait qu'il s'agisse d'une étude de caractère sur quelqu'un qui souffre d’un trouble dissociatif de l’identité. Je veux que vous soyez désorienté, que vous fassiez le voyage avec nous. C’est ça, la vie des personnes atteintes de TDI. Ne pas savoir ce qui se passe, ces blancs dans le temps et l’espace. J'espère qu’au fil de la série, vous comprendrez mieux les origines du TDI. J’étais ignorant sur la question avant. Tout ce que je connaissais sur le sujet, je l’avais appris dans les films. Et en général, c'était très superficiel. C’est beaucoup plus complexe en réalité. Mais gardons à l’esprit que Moon Knight est une histoire surnaturelle fantastique. Ce n'est donc pas tout à fait exact mais je pense que c'est un pas en avant et que les gens vont en apprendre beaucoup sur le TDI.  

Vous espérez que la série puisse peut-être aider à destigmatiser la façon dont nous parlons de santé mentale ?

Merci d'avoir dit ça. J'espère, j'aimerais que cela aide. Certaines personnes prennent le TDI à la légère. Mais, si vous étiez Mark ou Steven, comment pouvez-vous avoir une relation ? Comment pouvez-vous avoir un travail ? Avoir une vie ? C'est difficile. 

Arthur dit à Steven : "Il y a du chaos en toi". Mais le chaos est partout dans la série : dans l’esprit de Steven et Mark, dans les séquences d’action avec une caméra toujours en mouvement… Diriez-vous que vous étiez sur le tournage comme Apophis, le dieu égyptien du chaos ?

(Il rit) J’aime bien vos métaphores ! Je ne suis pas toujours le dieu du chaos. Ça dépend de l'histoire que tu racontes. J'ai fait tout un film, Clash, à l'intérieur d'une voiture parce que le récit avait besoin d’un espace où l’on se sente claustrophobe. Nous sommes désorientés dans Moon Knight parce que c’est l’histoire de quelqu'un qui est désorienté. Alors, oui j’ai été le chaos et j’avais du chaos en moi, tout comme le personnage. Steven/Mark est ce qu’on appelle un narrateur peu fiable, parce qu’il ne sait pas ce qui se passe. 

Oscar Isaac dans la série Marvel Studios pour Disney+ "Moon Knight". - Marvel

Vous utilisez les reflets, les miroirs pour faire se rencontrer Mark et Steve. Comment avez-vous tourné avec deux Oscar Isaac ?

C'était facile dans les miroirs parce qu'Oscar est un génie. Il était ce personnage puis ce personnage, la caméra n’avait qu’à tourner. C'est un génie. Mais c’était plus difficile quand ils étaient deux. Je ne veux pas en dire plus.

Comment avez-vous équilibré la mythologie égyptienne et la mythologie Marvel ?

Vous avez vu quatre épisodes. Il n’y rien de Marvel jusque-là. Beaucoup de personnes disent que s'il n'y avait pas le logo au début, vous ne sauriez peut-être pas que c'est Marvel. Et j'aime ça. On sait qu’on fait partie du MCU, mais nous n'avons rien fait de plus. On m’a donné la liberté. C'est l'une des premières fois où vous entrez dans un nouveau monde, celui de la mythologie égyptienne qui est fou et vaste. Et différent du monde habituel du MCU.  

Lire aussi

>> Moon Knight - dès le 30 mars sur Disney+


Propos recueillis par Delphine DE FREITAS

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info