"Je ne le referais pas, mais je ne le regrette pas" : Gad Elmaleh admet (enfin) avoir plagié

La rédaction de LCI
Publié le 25 septembre 2019 à 10h43
JT Perso

Source : La matinale

MEA CULPA – Interrogé ce mercredi par les lecteurs du "Parisien", Gad Elmaleh reconnaît pour la première fois avoir copié les sketches d’humoristes dont il était fan. Mais il ne digère toujours pas "la délation anonyme" dont il a été victime de la part de l’internaute CopyComic.

Gad Elmaleh change de ton. Accusé de plagiat, l’humoriste avait jusqu’ici nié les faits, privilégiant la voie judiciaire en essayant d’obtenir l’identité de celui ou ceux qui se cachent derrière le compte CopyComic,  à l'origine de plusieurs montages accablants pour l'interprète de Chouchou. Ce mercredi, à l’occasion d’une rencontre avec les lecteurs du Parisien, il reconnaît enfin avoir emprunté certains passages de ses sketches à ses collègues américains.

"Si la nouvelle génération d'humoristes est née dans le stand-up, nous, on étaient complètement ébahis, fascinés par ça", explique Gad Elmaleh, 48 ans. "À ce moment-là, qu'est-ce qu'on fait ? On s'en inspire, oui, on prend des choses et on les met à notre sauce. Mais, on parle d'1 minute 30… Peut-être qu'on a été à la facilité, en s'inspirant des techniques de vannes, des chutes, des punchlines des Américains", ajoute-t-il, citant notamment Jerry Seinfeld et Steven Wright.

"Je ne le referais pas, mais je ne le regrette pas parce que je n'ai jamais été dans une démarche malicieuse", précise tout de même l’humoriste. "On entend des choses et ça infuse en vous. Non, il ne faut prendre de vanne à personne, mais ne m'inventez pas d'autres choses. (…) Aujourd'hui, je dis, non, ce n'est pas vrai. Il y a quelques mois, j'aurais été incapable de vous le dire, parce que j'étais trop fâché."

Pardonnez-moi, mais en France, la délation anonyme, ça me met un peu la nausée

Gad Elmaleh dans Le Parisien

Ce que Gad Elmaleh ne digère toujours pas, c’est l’anonymat de celui ou ceux qui se cachent derrière le pseudo CopyComic. "Ces chevaliers blancs de l'humour ont une volonté de transparence, d'honnêteté, ce qui est louable, mais à côté de ça, ils ont aussi inventé beaucoup de choses", déplore-t-il. "Et c'est très difficile d'en vouloir à quelqu'un qu'on ne connaît pas. Eux savent à qui ils s'attaquent. Moi, je veux bien reconnaître des erreurs, mais il faut me dire à qui on parle. Et puis franchement, pardonnez-moi, mais en France, la délation anonyme, ça me met un peu la nausée."


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info