Prix Goncourt 2023 : qui va décrocher le Graal des prix littéraires ?

Publié le 6 novembre 2023 à 15h50, mis à jour le 6 novembre 2023 à 16h14

Source : JT 13h Semaine

Les jurés du Prix Goncourt se retrouveront ce mardi chez Drouant pour élire le lauréat du Goncourt 2023.
Quatre romans très différents sont en lice pour succéder à "Vivre Vite" de Brigitte Giraud.
TF1info fait le point sur les forces en présence et vous chuchote à l’oreille le nom de son favori…

C’est bientôt la fin du suspense pour les finalistes du Goncourt 2023. Comme le veut la tradition, c’est depuis le restaurant Drouant, dans le VIIe arrondissement à Paris, que sera annoncé mardi le nom du lauréat du plus prestigieux des prix littéraires français autour de 12h45. Un moment unique dans la vie d’un auteur. Et la promesse d’un coup d’accélérateur sur les ventes dans un secteur où la concurrence fait rage, encore plus en temps de crise.

Quinze romans figuraient dans la première liste établie par les dix membres de l’Académie Goncourt début septembre. Elle a été réduite à huit titres le 3 octobre avant le "carré" d’as dévoilé il y a quelques jours. L’an dernier, il avait fallu quatorze tours de scrutin pour départager les deux favoris, Vivre vite de Brigitte Giraud et Le Mage du Kremlin de Giuliano da Empoli, le président Didier Decoin tranchant finalement en faveur de la première. Qui est le mieux placé cette année pour l’emporter ? TF1info vous explique tout…

"Triste Tigre" de Neige Sinno

À mi-chemin entre le récit et l’essai, Neige Sinno, 46 ans, raconte les viols répétés dont elle a été victime de la part de son beau-père durant son enfance et interroge, dans un style percutant, le pouvoir réparateur de l’écriture. Depuis sa parution au cœur de l’été, Triste Tigre truste les premières places des meilleures ventes. Si elle l‘emportait, cette enseignante et traductrice jusque-là peu connue du grand public deviendrait la quatorzième femme à décrocher le Goncourt. 

Neige Sinno en lice avec "Triste Tigre"
Neige Sinno en lice avec "Triste Tigre" - AFP

Seul bémol, et pas des moindres : après avoir remporté le prix littéraire du Monde début septembre, Triste Tigre a décroché ce lundi le Prix Femina. Or depuis qu’il préside l’Académie Goncourt, Didier Decoin s’est fait un point d’honneur à ne pas faire gagner un livre déjà multi-récompensé, histoire de donner plus de visibilité à chacun en librairie. En sera-t-il encore de même cette année ?

"Sarah, Susanne et l’écrivain" de Eric Reinhardt

Des quatre, c’est clairement le plus "capé", même s’il n’a jamais remporté de récompense majeure jusqu’ici. Ecrivain et éditeur Eric Reinhardt, 58 ans, est l’auteur de Cendrillon, La Chambre des Epoux ou encore L’Amour et les forêts, porté à l’écran cet année par Valérie Donzelli avec Virginie Efira et Melvil Poupaud. Des romans psychologiques qui auscultent les travers de nos contemporains dans un style mélancolique et sophistiqué qui peut parfois s’avérer déroutant. 

Eric Reinhardt en lice avec "Sarah, Susanne et l'écrivain"
Eric Reinhardt en lice avec "Sarah, Susanne et l'écrivain" - AFP

C’est encore le cas avec Sarah, Susanne et l’écrivain, dans lequel une anonyme confie l’histoire secrète de sa vie à un auteur célèbre pour qu’il en tire un roman. Ce jeu de miroirs complexe a fait l'unanimité auprès de la critique, à défaut de rassembler un large public. Sur le papier, c’est peut-être l’heure du sacre pour ce dandy discret, d’autant plus qu’il est édité chez Gallimard, qui compte déjà 38 Goncourt à son actif. 

"Humus" de Gaspard Koenig

Le Goncourt à un ex-candidat à l’élection présidentielle ? Ce serait une première. En 2022, ce philosophe reçu major de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon a tenté l’aventure en politique sur le thème de la simplification administrative, un grand tour de France des régions à la clé. Malgré toute sa bonne volonté, il n’a décroché que 107 parrainages et s’est plongé dans l’écriture de Humus, paru chez L'Observatoire, un roman qui raconte le destin de deux étudiants d’AgroParisTech, un fils de bourgeois et un fils d’agriculteur.

Gaspard Koenig en lice avec "Humus"
Gaspard Koenig en lice avec "Humus" - AFP

Malgré une passion commune pour les vers de terre, les deux personnages vont emprunter des chemins opposés dans cette fresque très actuelle qui dénonce les excès du capitalisme et les travers de l’écologie radicale. Primer Gaspard Koenig, 40 ans, donnerait au Goncourt un coup de jeune mais aussi une dimension politique avec laquelle les romanciers du jury ne sont pas forcément très à l’aise. Ce qui ne devrait en revanche pas poser de problème aux journalistes qui composent le jury du Prix Renaudot pour lequel Humus est également en finale mardi.

"Veiller sur elle" de Jean-Baptiste Andréa

Si on devait mettre un petit billet sur l’un des quatre finalistes, c’est sur Jean-Baptiste Andréa, 52 ans. Après une carrière de scénariste et de réalisateur – on lui doit notamment Big Nothing avec David Schwimmer de Friends en 2006 – ce Cannois d’adoption est venu à la littérature sur le tard avec le soutien de la jeune maison d’édition L’Iconoclaste. Veiller sur elle, son quatrième opus, est ce qu’on appelle un roman populaire au sens noble du terme. De 1904 à 1986, il nous embarque en Italie sur les traces de Mimo, un sculpteur de génie atteint de nanisme, et de Viola, l’héritière rebelle d’une riche famille qui lui ouvre les portes du savoir.

Jean-Baptiste Andréa en lice avec "Veiller sur elle"
Jean-Baptiste Andréa en lice avec "Veiller sur elle" - AFP

L’amour, l’amitié, l’art, la religion et la montée du fascisme… Ce page turner emprunt de merveilleux s’est déjà vendu à plus de 50.000 exemplaires après avoir remporté le Prix du roman Fnac. Certains diront qu’il n’a pas besoin du Goncourt pour être un succès. Mais après le flop malheureux de Vivre vite de Brigitte Giraud l’an dernier, le jury pourrait être tenté de récompenser cette fresque généreuse qui réunit tous les publics et toutes les générations. Et puis bonus : vous pouvez l'offrir en cadeau de Noël les yeux fermés.


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info