"Si vous saviez les combats que je porte à moi tout seul" : Soprano sans filtre sur Disney+

Rania Hoballah
Publié le 10 juin 2022 à 9h00, mis à jour le 10 juin 2022 à 10h10
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Disney+ diffuse le 15 juin "À la vie, à la mort", une série documentaire qui retrace le parcours de Soprano.
Une ascension fulgurante qui n'aurait pas été possible sans l'aide de ses trois amis d'enfance qui l'accompagnent depuis 30 ans dans l'ombre.
Accompagné de Mateo et Djamali, Soprano revient pour TF1info sur ce projet très personnel.

Sans eux, il n'en serait jamais là aujourd'hui. Disney Plus diffuse À la vie, à la mort, une série documentaire qui retrace le parcours de Soprano, mais surtout son amitié avec ses trois copains d'enfance, Mateo, Djamali et Mej. Véritables artisans de l’épopée du chanteur, ils l'ont accompagné depuis ses débuts jusqu'à sa folle ascension. Qui aurait cru que quatre jeunes issus des quartiers nord de Marseille sans aucune connexion dans le milieu musical se retrouveraient un jour à remplir le stade Vélodrome de Marseille ? 

Personnalité préférée des Français (4e au classement du JDD et 1er au classement du Journal de Mickey depuis 2019), Soprano replonge dans ses souvenirs et se dévoile sans filtre au cours de six épisodes de quarante-cinq minutes que l'on suit comme une série télé. "C'était important pour nous de pouvoir laisser une trace de notre histoire. Quatre jeunes des quartiers qui arrivent à faire tout ce qu'on a fait, c'est assez incroyable", explique l'artiste qui s'amuse de voir Mateo et Djamali assurer la promotion à ses côtés. "Ça me fait rire de les voir répondre aux interviews, pour une fois je peux me reposer un peu", nous glisse avec malice le coach de "The Voice".

Soprano et ses amis d'enfance au stade Vélodrome de Marseille. - Disney+str

Peu habitués à la lumière, ils ont tous accepté de se livrer à cœur ouvert, même si ça n'a pas toujours été facile. "C'était un exercice particulier pour Mateo et moi, contrairement à Saïd (le véritable prénom de Soprano, NDLR) qui y est habitué. Mais grâce aux réalisateurs, ça s'est fait assez naturellement", admet Djamali. 

"Ça a été thérapeutique d'aborder certains sujets dont on ne parle pas forcément entre nous", renchérit Matéo, devenu le manager de Soprano. "On a exorcisé certains démons tout en faisant comprendre aux gens le cheminement qui nous a amené jusqu'ici, tous les obstacles qu'on a dû traverser".

Quand tu vois un musulman noir des quartiers dans "The Voice", tu te dis que le combat n'a pas été vain

Soprano

Parsemé d'archives personnelles et de témoignages de proches, À la vie, à la mort est un documentaire inspirant, mais qui aborde aussi des thématiques plus complexes comme le racisme, la dépression, le burn-out, le suicide ou encore la mort. "Je trouvais que c'était important de montrer les dessous de la carrière d'un artiste", acquiesce Soprano. "C'est grâce à ce côté un peu sombre de notre vie qu'on arrive à apprécier la lumière qu'on a un peu plus aujourd'hui. Le plus important au fond, c'est de trouver l'équilibre qui nous permet de pouvoir être heureux. Pour nous, c'était de pouvoir rester entre potes".

Lire aussi

Devenu aujourd'hui un modèle pour de nombreux jeunes, Soprano a lutté pour en arriver là. "Si vous saviez le nombre de combats que je porte à moi tout seul : je suis noir, musulman, venu des quartiers et je fais de la musique urbaine. C'est déjà énorme", analyse l'artiste pour qui la religion n'a jamais été un tabou. "Je suis musulman, je prie. Mais je ne me focalise pas uniquement sur cet aspect de ma personnalité car ce serait réducteur. Mais quand tu vois un musulman noir venu des quartiers finir dans "The Voice" à TF1, tu te dis que le combat n'a pas été vain".


Rania Hoballah

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info