"Welcome to Chippendales" : Nicola Peltz Beckham redonne sa voix à la "bouleversante" Dorothy Stratten

Publié le 10 janvier 2023 à 10h00

Source : Sujet TF1 Info

La belle-fille de Victoria et David Beckham est l’un des visages d’une mini-série résolument 80s disponible dès le 11 janvier sur Disney+.
Huit épisodes qui, entre rêve de grandeur et décadence, narrent l’histoire vraie de la naissance de la célèbre troupe de stripteaseurs à Los Angeles.
Si elle n’apparaît que brièvement, la jeune actrice de 27 ans marque les esprits en incarnant une ancienne Playmate assassinée par son époux.

Sa chevelure blonde légèrement ondulée rappelle celle de Farrah Fawcett. Elle aussi fut une drôle de dame au service des stripteaseurs les plus célèbres du monde. Sans que beaucoup s’en souviennent aujourd’hui. Dorothy Stratten n’est qu’un personnage secondaire de Welcome to Chippendales. Mais elle en est un maillon essentiel. 

Lancée sur Hulu en novembre aux États-Unis et disponible sur Disney+ le 11 janvier, la mini-série au parfum de scandale raconte comment Somen "Steve" Banerjee, un immigrant indien, a fait fortune en montant un empire mêlant hommes musclés et danses sensuelles à Los Angeles. Une success story tout ce qu’il y a de plus réelle comme les adore Hollywood, prompt à romancer les drames les plus médiatiques.

Marquée par le film "Star 80", consacrée à l'ex-Playmate

Le premier épisode met en lumière le rôle déterminant d’une jeune femme d’à peine 20 ans dans l’émergence de ce mythe de l’industrie du spectacle. Au tournant des années 70-80, Dorothy Stratten partage la vie du producteur canadien Paul Snider. La série avance que c’est elle qui a donné à Steve Banerjee l'idée de monter une troupe qui s’effeuillerait lors de ses prestations en hurlant "déshabille-toi" à un danseur dans une boîte de nuit gay. 

"Les femmes aussi sont excitées", lance-t-elle à son compagnon à l’écran alors que la libération sexuelle continue à s’épanouir. C’est elle aussi qui trouve les costumes signature de la troupe, le nœud papillon et les manchettes de chemise associés à des torses nus bien huilés. "Je ne savais pas du tout qu'elle faisait partie du monde des Chippendales. C’est hallucinant que ça se soit vraiment produit et que leurs histoires soient liées. J’ai été choquée de l’apprendre", nous explique son interprète, Nicola Peltz Beckham.

Dorothy Stratten (Nicola Peltz Beckham) et Paul Snider (Dan Stevens) dans la série "Welcome to Chippendales".
Dorothy Stratten (Nicola Peltz Beckham) et Paul Snider (Dan Stevens) dans la série "Welcome to Chippendales". - Disney+

Vue dans Transformers 4 en 2014, elle a fait la Une de la presse people au printemps au moment de ses noces fastueuses à l’aîné de Victoria et David Beckham. Lors de notre rencontre virtuelle en novembre, interdiction est faite de lui parler de sa vie privée. La jeune femme de 27 ans, fille du milliardaire Nelson Peltz, n’est là que pour parler de son travail en tant qu’actrice. Si son CV est plutôt maigre, elle est lumineuse dans la peau de Dorothy Stratten dont elle a découvert le parcours "il y a très longtemps" en regardant le film Star 80. "Ça m’a vraiment marquée", insiste-t-elle. Signé Bob Fosse, le long-métrage revient sur la courte vie de la Playmate, violée puis assassinée à seulement 20 ans par son mari Paul Snider alors que débutait sa carrière de comédienne.

Quand ils faisaient les numéros de danse, je me demandais : 'Mais comment est-ce que ça peut être mon boulot ?'
Nicola Peltz Beckham

"Dans mes recherches, j’ai appris que c’était quelqu’un de très bon, avec une belle lumière intérieure. Elle regardait tout le monde d’un œil très positif", note Nicola Peltz Beckham. "Elle était très proche de sa petite sœur, dont elle s’occupait. Cet aspect du personnage m’a beaucoup touchée. Je suis vraiment honorée d’avoir pu l'incarner". Avant même son audition, l’actrice se plonge "avec enthousiasme" dans les archives en quête de "toutes les interviews, toutes les photos et toutes les informations qu’elle pouvait". Elle revoit aussi Meurtre d’une créature de rêve, le biopic romancé de Dorothy Stratten avec Jamie Lee Curtis sorti en 1981. Elle qui n’avait jamais joué une personne ayant réellement existé prend pour la première fois des cours pour travailler sa voix. "Le timbre de Dorothy est plus grave que le mien, elle parle d’une manière différente", détaille-t-elle.

Disney+

Une fois sur le plateau, Nicola Peltz Beckham a eu "l’impression d’avoir emprunté une machine à remonter le temps". Direction le début des années 80, période transitoire avec les 70s disco où l’opulence était reine. Elle prévient que Welcome to Chippendales, qu’on a trouvé vibrante et fascinante, est "très différente" de la saga Magic Mike, mêlant "les scènes très sombres d’une histoire tragique" à des moments de légèreté. "Quand ils faisaient les numéros de danse, je me demandais : 'Mais comment est-ce que ça peut être mon boulot ?'", sourit-elle. 

Nicola Peltz Beckham élude en revanche la question quand on lui demande ce qu’elle pensait des Chippendales et de Playboy avant de travailler sur la série. "Tout dépend de l’expérience de chacun", dit-elle. "Certains voient ça comme une prise de pouvoir et je trouve ça génial. J’adore quand les femmes sentent qu’elles ont le pouvoir, qu’elles se sentent sexy et qu’elles veulent le montrer. Je trouve ça vraiment beau", poursuit-elle. Bien décidée, elle aussi, à prendre son propre destin en main, elle a réalisé et écrit son prochain film dans lequel elle tient le premier rôle, Lola James. Après tout, on n’est jamais mieux servi que par soi-même.

>> Welcome to Chippendales, avec Kumail Nianjiani, Murray Bartlett, Juliette Lewis, Nicola Peltz Beckham et Dan Stevens - disponible le 11 janvier, accès limité par le contrôle parental


Delphine DE FREITAS

Tout
TF1 Info