Chantal Ladesou dans "Le Fil d'Ariane" sur TF1 et TF1+ : "Ce qui me fait vibrer, c’est de faire rire les gens"

Publié le 29 janvier 2024 à 17h51, mis à jour le 29 janvier 2024 à 17h57

Source : Bonjour !

La comédienne et humoriste est l'héroïne du "Fil d'Ariane", une nouvelle série dont TF1 diffuse le pilote ce lundi soir.
Elle y joue le rôle d'une chroniqueuse judiciaire excentrique et cash qui refuse de partir à la retraite.
Un rôle écrit sur mesure pour la comédienne qui prouve qu'il n'y a pas d'âge pour s'éclater.

Avec sa voix grave et sa gouaille à toute épreuve, elle fait partie des humoristes préférées des Français. Ce lundi 29 janvier sur TF1 et en streaming sur TF1+, Chantal Ladesou est à l'affiche du Fil d'Ariane, un pilote de série dans lequel elle incarne une chroniqueuse judiciaire qui refuse de partir à la retraite. Aussi douée que fantasque, elle décide de s'incruster chez son fils Jacques (Florent Peyre), un commandant de police d'une rigidité maladive.

Un rôle taillé sur mesure pour la pétillante comédienne de 75 ans dotée d'une énergie à toute épreuve. Révélée par l’émission humoristique "La Classe" en 1980, Chantal Ladesou est aujourd'hui sur tous les fronts. Après avoir incarné une directrice d'école dans Sam, la sociétaire des "Grosses Têtes" sur RTL reprendra la route avec son spectacle "On the Road again" dès le 31 janvier.

Je suis plus mère poule, que mère fofolle.
Chantal Ladesou

Vous vous glissez dans la peau d'Ariane, une femme cash, excentrique et fonceuse. Ce rôle a été écrit sur mesure, non ? 

Oui, et je me suis vraiment régalée. Les auteures sont venues me voir au théâtre deux fois, on a fait des réunions, on a beaucoup parlé. Et elles ont pigé qui j’étais !

Ariane est excentrique, mais aussi touchante. On sent que ce n'est pas juste une grande gueule…

C’est vrai que ce n’est pas uniquement une grande gueule et c’est ça qui est intéressant dans ce rôle. C’est un personnage très fouillé, il y a une palette de sentiments à jouer. 

Ariane est également une mère très envahissante. Ça vous est arrivé de faire tourner en bourrique vos enfants ? 

Non, je ne suis pas du tout comme ça. Je suis plus mère poule, que mère fofolle. J’ai toujours beaucoup travaillé, mais je suis restée auprès d’eux durant leur petite enfance, j’ai refusé beaucoup de projets. 

Je suis passionnée par la nature humaine.
Chantal Ladesou

Comment s'est passée la collaboration avec Florent Peyre ? 

J’avoue que j’avais un peu peur au début car entre deux humoristes, on peut se tirer la bourre pour voir qui est le plus drôle. Mais au final ça s’est très bien passé. Dès la première lecture, j’avais face à moi un comédien qui jouait un rôle très bien écrit. Je trouve que le duo fonctionne très bien.

Êtes-vous une grande fan des faits divers ? 

Oui, même si ça me fait très peur ! J’adore les émissions autour des criminels comme "Faites entrer l’accusé". J’ai toujours aimé écouter les plaidoiries des avocats, c’est très théâtral, je trouve. Au fond, je suis passionnée par la nature humaine. 

Cette ségrégation du jeunisme, c’est vraiment redoutable.
Chantal Ladesou

Ariane refuse de partir à la retraite. Et vous, vous y pensez ? 

Pas vraiment, je vis plutôt dans le moment présent, même s'il m'arrive de dire que j’en ai ras-le-bol et que je veux arrêter quand je suis fatiguée. Mais ça dure une heure, je fais une sieste et c’est reparti ! En réalité, les artistes ne prennent jamais complètement leur retraite, c’est rare. Après, la série soulève effectivement le problème de l’âge dans le travail. Parfois, on doit partir parce qu’on nous dit qu’on est périmé alors qu’on a encore plein de choses à transmettre. 

Aujourd'hui, la mode a moins peur de mettre à l'honneur des personnes plus âgées. C'est bien de montrer qu'une fois passé 70 ans, on n'est pas périmé, comme vous dites… 

Mais oui, bien sûr ! Après 70 ans, on peut encore tomber amoureux, avoir du désir, c’est très important. Une femme d’un certain âge peut encore plaire, tout comme un homme. Dans la série, Ariane a également une vie de femme. Et puis elle ne sort pas qu'avec des mochetés ! Cette ségrégation du jeunisme, c’est vraiment redoutable. Il ne faut pas les écouter.

Faire rire, mais jamais de façon méchante

À 75 ans, vous êtes encore sur tous les fronts : qu'est-ce qui vous fait vibrer ? 

Moi, ce qui me fait vibrer, c’est de faire rire les gens, que ce soit dans une salle de théâtre ou un studio de télévision. C’est un truc que j’ai en moi depuis toute petite.

Ça vient d’où, vous le savez ?

Ça vient de ma mère, qui est partie très tôt et qui était très drôle. Quand elle allait chez le coiffeur, tout le monde venait pour écouter ses histoires. Elle jouait la comédie, et moi j’étais fascinée car j’étais très timide. Elle disait tout le temps que s'il n’y avait pas eu la guerre, elle aurait été comédienne.

Vous avez pris la relève d’une certaine façon ?

Oui, c’est drôle…

Vous ne vous censurez jamais ? 

Si, quelques fois, je me censure. Mais j’aime bien être cash et dire les choses de façon directe. Mais il faut toujours que ce soit drôle et jamais méchant.

Vous avez révélé que "Mask Singer" vous faisait du pied. Vous reverra-t-on dans le jury ? 

Comme je n’ai pas le droit de parler, je ne vous dirais rien, mais ils me font vraiment un grand appel du pied ! Je suis la preuve vivante que même après 70 ans, on peut encore se faire draguer !


Rania HOBALLAH

Tout
TF1 Info