Slimane, coach nostalgique dans "The Voice Kids" : "On se revoit avec nos rêves de gamin"

Publié le 3 juillet 2023 à 10h14

Source : The voice kids

Vainqueur de la saison 5 de "The Voice", il "revient chez Papa-Maman" sur la scène qui l’a vu naître musicalement il y a sept ans.
Slimane s’installe dans le fauteuil rouge de son ancien coach, Florent Pagny, pour la saison 9 de "The Voice Kids" dès mardi 4 juillet sur TF1 et MYTF1.
"J’ai fait l’expérience comme un papa qui dit oui, parfois dit non mais explique pourquoi", nous raconte-t-il.

Patrick Fiori dit de lui qu’il est "redoutable", Kendji Girac qu’il "ne rigole pas". Les éclats de rires sont pourtant nombreux chez Slimane, presque à chaque fin de phrase. Après trois saisons en Belgique auprès des adultes et des enfants, le chanteur français a enfin son fauteuil rouge en France. Coach de "The Voice Kids" dès le 4 juillet, le vainqueur de la saison 5 de "The Voice" hérite même de celui de son propre coach, Florent Pagny. "Je ne savais pas, sinon je l’aurais peut-être appelé avant", s’amuse-t-il en conférence de presse avant de se corriger. "Je n'avais pas besoin de l’avoir au téléphone pour qu’il m’inspire. J’étais déjà inspiré", ajoute-t-il.

Ils m'ont bizuté fort !
Slimane, victime du super block

Le premier buzz de la saison, c’est pour lui. Suivi de près par Kendji Girac, Nolwenn Leroy et Patrick Fiori. "Je suis encore plus stressé que quand j’ai passé l’audition je crois", s’amuse Slimane qui excelle dans son rôle. Il distribue les bons points auprès des enfants tout en dispensant des conseils très imagés pour être sûr d’être compris. Comme Louane l’an dernier, il a été "bizuté fort" en étant bloqué régulièrement par ses camarades. Mais il nous assure que "Patrick et Kendji ont été très accueillants". "Ils nous ont fait une place de roi et de reine", dit à TF1info celui qui est devenu l’un des auteurs-compositeurs-interprètes les plus prolifiques de la scène musicale francophone.

undefinedundefinedTF1

Ce fauteuil rouge est-il plus confortable qu’en Belgique ? 

(Il réfléchit) Non, il est différent. Chez "The Voice Belgique", je rendais visite à mes cousins que j’aime profondément et avec qui j’ai passé des années exceptionnelles. Là, je reviens chez Papa-Maman et je leur raconte un peu tout ce que j’ai vécu toutes ces années-là.

Quand Kendji Girac est devenu coach, il nous a dit qu’il s’était "revu dans certains talents". Ça vous est arrivé dès la première émission avec Durel. Comment avez-vous vécu ça ?

C’est une machine à remonter le temps. On se revoit avec nos rêves de gamin, notre envie d’être entendus. En tant que talent, j’ai voulu faire une surprise à ma famille mais j’ai aussi voulu changer leur vie. Grâce à "The Voice", j’ai pu le faire. J’ai été submergé d’émotion quand j’ai ressenti ça chez Durel. J’avais l’impression qu’il amenait avec lui toute sa famille, tous les gens qu’il aime. Ça bouleverse, ça remet aussi les idées en place. Parce que quand ça se passe bien dans nos carrières, on a parfois besoin d’une petite piqûre de rappel. On a besoin de savoir avec quelle sincérité et quelle pureté on était venus au départ. Et ça rappelle tout ça. C’est important pour nous et c’est important à voir, je crois, parce qu’il y a comme ça une sorte de filiation qui se crée.

Que penserait le Slimane qui est arrivé caché sous son bonnet pour son audition à l’aveugle en 2016 du Slimane coach dans "The Voice Kids" ?

Il lui dirait "Arrête de bouffer !" (rires) Pardon ! On s’est fait la réflexion avec Kendji en revoyant les images. On était beaux quand on est venus, on était jeunes (rires). Il lui dirait : "Tu y es arrivé quand même, bravo !"

Quand on est face à des enfants, il ne faut pas être des briseurs de rêves mais les aider à les peaufiner
Slimane

C’est quoi être un bon coach de "The Voice Kids" ?

C’est ne pas avorter quelque rêve que ce soit, c’est faire que les enfants sortent de là avec encore plus de rêves. Si à un moment donné, un talent de mon équipe s’arrête de chanter parce que je lui ai dit un truc, j’aurai l’impression d’avoir fauté. Même ceux qui n’ont pas été retenus ou qui ne sont pas allés jusqu’en finale, j’espère que ça leur aura donné envie de faire encore plus et de se dépasser. Quand on est face à des enfants, il ne faut pas être des briseurs de rêves mais les aider à les peaufiner.

Vous êtes devenu père depuis votre expérience de coach avec les kids en Belgique. Ça a changé votre manière d’appréhender l’émission ?

Ma fille est toute petite mais je vois déjà qu’elle est beaucoup plus forte que ce que je pensais. J’avais oublié à quel point un enfant c’est intelligent, à quel point c’est fort et à quel point ça peut entendre les choses qu’on lui dit. Même si ce n’est pas super agréable à entendre. Je crois même que c’est un cadeau qu’on fait à chaque fois aux enfants. Entre mes deux expériences, c’est ça qui a beaucoup changé. J’ai fait la première un peu comme un animateur de colo, avec cette distance. Là, je l’ai faite comme un papa. Et le papa, il dit oui, parfois il dit non et il explique pourquoi. Le "non" n’est pas forcément négatif dans une vie, au contraire. C’est ce que m’a appris la paternité.

Vous dites dans l’émission que "les enfants ont des pouvoirs que nous avons perdus depuis longtemps". Vous redevenez un môme en participant à ce programme ?

On a de la chance, en tant qu'artistes, d'avoir un pied des deux côtés à la fois. Quand je me vois crier dans l’émission… Là, j'ai des expressions que je n’ai pas d’habitude en télé. Il y a une forme de lâcher-prise total, c’est ce qui est beau.

The Voice Kids 2023 - Elle s'appelle Lucie et son interprétation va vous blufferSource : The voice kids

Si vous aviez 10-12 ans aujourd’hui, vous auriez aussi repris "À fleur de toi" de Vitaa pour votre audition à l’aveugle ?

Peut-être que j’aurais repris du Kendji (rires) ! Il y a plein d’artistes que j’aurais repris. Depuis petit, j’aime les grandes chansons. Vitaa en a, chacun des coachs sur ce banc en a. Est-ce qu’on peut chanter "À fleur de toi" quand on a 10 ans ? C’est ça la question mais en fait, on se rend compte que oui. Une phrase a été dite à propos d’un talent de cette saison : "Elle vit l’amour comme si elle l’avait connu". Cette phrase pourrait être une chanson, c’est magnifique ! (À Kendji) On dit ça mais si on était né là, on aurait fait du gros rap (rires) !

Louane a été l’héroïne d’une série pour TF1, Kendji Girac a tourné un téléfilm et Julien Doré est aussi en tournage. Slimane dans une fiction sur TF1 c’est envisageable ?

Pour être très franc, ça a été envisagé. Mais avec "Versus", tout ce qui s’est passé avec Vitaa, je n’ai pas du tout eu le temps. Le métier d’auteur-compositeur me prend aussi beaucoup de temps. Si un jour je repassais devant la caméra en tant que comédien, j’aimerais le faire pour un sujet qui me bouleverse profondément et avoir du temps pour bien le faire. Et en ce moment, je n’en ai pas beaucoup…

C’est plutôt bon signe de ne pas avoir le temps, non ?

Oui tant mieux, souhaitez-moi de ne jamais faire ce film ! Non, je rigole (il rit de plus belle) !

>> "The Voice Kids" - Toutes les vidéos sont disponibles sur MYTF1


Delphine DE FREITAS

Tout
TF1 Info