VIDÉO - Vincent de Koh-Lanta : "J’ai déposé l’expression 'I don’t want this' !"

Jérôme Vermelin
Publié le 6 mai 2021 à 20h11, mis à jour le 6 mai 2021 à 20h52

Source : Sujet TF1 Info

INTERVIEW – C’est l’un des candidats les plus en vue de "Koh-Lanta : les armes secrètes". Vincent, l’analyste financier aux punchlines déjà légendaires, s’est confié à LCI avant le prochain épisode de l’émission diffusée vendredi à 21H05 sur TF1.

"Je crois que j’ai bien tiré mon épingle du jeu !", savoure Vincent. Au fil des épisodes de "Koh-Lanta : les armes secrètes", cet analyste financier parisien de 28 ans s’est imposé comme l’un des candidats préférés des téléspectateurs. Le tournant ? Son face-à-face mémorable avec Shanice, son ex-coéquipière de l’équipe jaune, qui le menaçait de représailles s’il ne votait pas contre le binôme Maxine-Laure, deux ex-Rouges avec lesquelles il s’était lié d’amitié lors des ambassadeurs.  

"I don’t want this !", va-t-il balancer à la caméra, balançant ainsi la première d’une série de punchlines qui fait un malheur sur les réseaux sociaux. "Ce n’est pas bossé, c’est au contraire bien improvisé", assure-t-il dans la vidéo ci-dessus. "J’ai vécu longtemps à l’étranger, j’ai beaucoup d’amis qui sont à l’international donc je parle beaucoup anglais et je pense que ça me rattrape !". 

 Si le bon mot a fait mouche, c’est aussi parce qu’il symbolise le parcours de ce fils d’agriculteurs qui n’a pas toujours eu la vie facile à l’école en raison de son côté "maniéré", comme il le dit avec élégance. "Faire Koh-Lanta, c’était un moyen pour moi de prendre une revanche", explique-t-il. "Tout ce qui est coup de pression, j’ai pu en recevoir au collège et au lycée et c’est quelque chose que je ne veux plus vivre. Cette émission, c’est une façon de démontrer qui je suis et la personnalité bien affirmée que je peux avoir."

Après Koh-Lanta, Vincent compte bien capitaliser sur sa nouvelle popularité. "Il y a quelques jours", il a entamé les démarches pour déposer l’expression "I don’t want this" qui pourrait servir de nom ou de slogan à un nouveau projet professionnel. "J’ai vu avec mon avocat pour justement faire toutes les procédures pour que ce soit déposé", nous révèle-t-il, sans en dire plus pour le moment. 

Lorsqu’on lui demande ce qu’il compte faire des 100.000 euros en cas de victoire, Vincent a déjà une idée bien précise : "Vu que je n’ai pas repris la ferme de mes parents, je trouve que ce serait un bon retour pour eux si je pouvais leur offrir une machine agricole", avoue l’aventurier. "Une machine agricole pour le poireau !", précise-t-il. "Ce serait vraiment un beau cadeau que je pourrais leur faire !". 


Jérôme Vermelin