Cylia ("The Voice") : "Je veux montrer à mes enfants qu’il faut aller au bout de ses rêves"

Publié le 25 février 2023 à 23h46

Source : The Voice

Révélée par l’émission "Graines de star" à l’adolescence, elle a réussi son audition à l’aveugle ce samedi 25 février sur TF1.
La chanteuse de 35 ans, que le public a vue dans plusieurs comédies musicales, veut désormais exister en tant qu’artiste.
Elle explique à TF1info pourquoi elle retente l’aventure des télécrochets, 20 ans après sa première expérience.

Ils ont sans doute été nombreux à sursauter, comme nous, en la voyant apparaître dans les ultimes minutes de l’émission. Cylia a conclu le premier prime de la saison 12 de "The Voice" avec une audition à l’aveugle stressante qui n’a vu qu’un seul coach se retourner. Amel Bent a attendu la fin de sa prestation sur "Halo" de Beyoncé pour appuyer sur son buzzer rouge. 

À 35 ans, Cylia a déjà vécu plusieurs vies en musique. Gagnante de "Graines de star" en 2001, elle sort un premier single et un premier album composé par David Hallyday alors qu’elle est encore collégienne. Depuis, elle a participé à plusieurs comédies musicales et s’est produit "dans le monde entier" lors de soirées privées organisées par de grandes marques. Si elle revient dans "The Voice", c’est avant tout pour essayer d’aller au bout de son rêve. Rencontre.

Révélée par "Graine de star" il y a 20 ans, Cylia participe à la saison 12 de "The Voice".
Révélée par "Graine de star" il y a 20 ans, Cylia participe à la saison 12 de "The Voice". - © Franck Castel - ITV - Bureau233 - TF1

Comment êtes-vous arrivée dans "The Voice" ?

J’ai joué le rôle de Nala dans "Le Roi Lion" au Théâtre Mogador jusqu’à cet été. Je me produisais sept fois par semaine dans ce spectacle magnifique mais il me manquait quelque chose pour être totalement épanouie. Mon mari s’en est rendu compte avant même que je mette les mots dessus. Un soir, je suis rentrée crevée et il m’a dit qu’on se donnerait les moyens de réaliser mon rêve de petite fille, qui est de devenir une chanteuse internationale connue pour ses propres chansons. Il a créé pour moi "Dream Story", un concept en 12 étapes qui permet aux gens de me suivre via mes réseaux sociaux. Peu après, on m'a proposé "The Voice" et je me suis dit qu’il n’y avait pas de meilleure exposition pour parler de ce projet. 

C’est donc la production qui est venue vous chercher ? 

Oui ! Bruno Berberes, le directeur de casting de l’émission, me connaît depuis que j’ai fait "Graines de star" à l’âge de 14 ans. On a gardé le contact et il est revenu plusieurs fois en me disant "Alors The Voice, ça ne te dirait pas ?" Jusqu’à maintenant, je ne le sentais pas. Je n’avais pas envie de refaire une émission, ce n’est pas mon truc. J’ai toujours dit non. J’ai eu cette chance d’avoir toujours un pied dans la musique. J’ai fait de très jolies choses avec "Adam et Eve", le retour des "Dix Commandements", "Bodyguard"… Mais avec le temps, je me suis éloignée de mon rêve premier.

Je veux que mes chansons fassent du bien, qu’elles veuillent dire quelque chose et que mes concerts soient galvanisants
Cylia

Vous reprenez "Halo", dans laquelle Beyoncé chante qu’elle "prend un risque". C’est aussi ce que vous faites en participant à "The Voice" ?

Non, "The Voice" ce n’est pas prendre un risque. C’est une opportunité, une possibilité de. Ça ne peut être que positif. Le seul risque que je prends, c’est de me lancer pour réaliser mon rêve. C’est en ça que la chanson me parle beaucoup.

Ce n’est pas votre premier télécrochet, vous avez l’habitude de la scène. Comment expliquez-vous ce stress au tout début de la chanson ? Même les coachs l’ont entendu dans votre voix…

J’en ai été la première étonnée. Deux mois avant, j’étais devant des milliers de personnes au Théâtre Mogador, à sauter partout telle une lionne. Avec le recul, je sais pourquoi. L’enjeu était tellement plus important que tout ce que j’ai pu faire jusqu’à maintenant. Je ne suis pas quelqu’un qui a le trac, mais quand je fais "The Voice", j’ai une pression autre parce que je veux parler de mon projet. Je fais ça aussi pour mes enfants, une petite fille de cinq ans et un petit garçon de deux ans. Je veux leur montrer qu’il faut aller au bout de ses rêves et qu’il faut s’en donner les moyens. On va s’installer aux États-Unis en famille cet été, car pour moi, c'est important d’être au plus près de mes influences, comme Whitney Houston et Alicia Keys, pour grandir en tant qu’artiste.

"The Voice 2023" : qu'auraient chanté les coachs à leur audition ?Source : TF1 Info

Dans votre portrait, vous dites justement avoir "besoin que les gens sachent qui vous êtes en tant qu’artiste". Qui est donc Cylia ?

Ça peut paraître un peu naïf, mais quand je vois le monde d'aujourd'hui, je me demande où on va. À 14 ans, j’écoutais des artistes qui faisaient passer des messages pour le vivre-ensemble, l’amour dans son sens le plus large. Et c’est ce que je veux être, une artiste qui fait avancer les choses à son échelle. Même si je ne change que quelques personnes. Je veux que mes chansons fassent du bien, qu’elles veuillent dire quelque chose et que mes concerts soient galvanisants. 

Que penserait la jeune Cylia qui à 14 ans remporte "Graines de stars" de celle que vous êtes aujourd’hui ?

Jamais elle n’aurait imaginé ça ! Quand je participe à "Graines de star", je chante depuis quelques mois seulement et je ne me rends pas compte de ce qui se passe. À l’époque en plus, je vis dans le sud de la France. Je suis montée à Paris et je ne savais pas que tout ça, c'était possible. Il n’y avait pas les réseaux sociaux non plus. Je pense que la Cylia de 14 ans serait choquée mais fière quand même. Malgré tout mon parcours, je me mets aujourd’hui en difficulté pour aller chercher ce que je veux. Le plus important, c’est vraiment de suivre ce qu’on a envie de faire.

>> "The Voice 2023" - tous les samedis à 21h10 sur TF1


Delphine DE FREITAS

Tout
TF1 Info