La quinquagénaire venue de l’Isle-sur-la-Sorgue a rejoint l'équipe des rappeurs toulousains après une reprise de "Piensa en mi" ce samedi 8 avril sur TF1.
Une prestation très personnelle (à revoir sur MYTF1) qu’a pu suivre à distance son mari handicapé, dont elle prend soin au quotidien depuis une dizaine d’années.
De son vrai nom Anne-Marie, elle rembobine son histoire pour TF1info.

Elle est "très étonnée de ce qui lui arrive". Annamaria chante depuis des années. Mais jamais elle n’aurait pensé se retrouver sur la scène de "The Voice". À 56 ans, elle a fait se retourner Bigflo et Oli en s’attaquant à "Piensa en mi" de Luz Casal. Un titre fort en symbole pour celle qui a choisi son nom de scène en hommage à ses défunts parents espagnols.

Aide de vie de son mari au quotidien dans le Vaucluse, le chant est son moyen d’évasion. De quoi nous rappeler d’autres talents qui ont marqué l’émission. Maria, l’Irlandaise aveugle de 55 ans, ou Anick, la Québécoise survoltée de 48 ans, qui avant elle ont partagé avec les téléspectateurs un bout de leur parcours plein de force. Avec son doux accent chantant et une générosité rare, Anne-Marie - de son vrai nom - revient pour TF1 sur ce moment suspendu face aux coachs.

Un casteur de l'émission m’a appelée alors que j’étais chez le coiffeur, j’ai pensé à une blague
Annamaria

Vous dites que "monter sur la scène de 'The Voice' à votre âge, c’est inespéré". Dans quel état d’esprit étiez-vous en sachant qu’il est rare de voir des talents un peu plus âgés être sélectionnés ?

C’est une bonne question. Cette aventure, je l’ai vécue comme un bonus. Je me suis dit : "Vas-y, profite de l’instant et ne cherche pas à savoir quelle sera l’issue. Tu n’as qu’une vie"

Sur le papier, les points communs entre Bigflo, Oli et vous ne sont pas évidents. Mais au final, ce sont peut-être les coachs de qui vous êtes les plus proches musicalement…

Je suis très surprise aussi. C’est vrai que cet écart d’âge est quand même assez impressionnant. Notre relation à la musique latine nous a peut-être rapprochés. 

À quoi pensez-vous quand vous les voyez se retourner ?

Je ne m’en suis vraiment pas aperçue tout de suite. Lorsque vous arrivez devant le micro, il y a un silence terrible sur le plateau. J’étais dans ma chanson, comme si c’était la dernière prestation de ma vie. Je fixais le public droit devant moi. Puis j’ai senti des gens applaudir sur ma droite alors que je n’avais pas fini. J’ai tourné la tête et mon regard a croisé ceux de Bigflo et Oli. J’ai ressenti quelque chose d’incroyable. Je me suis dit : "Ouhla, reviens dans ta chanson, ne les regarde plus !" Je vous avoue que j’ai occulté certaines des choses qu’ils m’ont dites. Je ne sais pas comment vous l’expliquez mais à ce moment-là, on flotte.

© Franck Castel - ITV - Bureau233 - TF1

Vous parlez du chant comme d’une manière d’exister au sein d’un "quotidien difficile"

J’ai vécu beaucoup de choses compliquées dans ma vie. Je me suis occupée de mes parents jusqu’au bout de leur vie. Depuis une dizaine d’années, je suis aidante familiale et je m’occupe de mon mari nuit et jour. J’ai travaillé 23 ans dans l’immobilier mais à un moment donné, j’ai dû prendre une décision. Mais je n’ai jamais lâché la chanson à côté. Ça m’a tenue vers le haut et m’a dégagée de tous les soucis. Je fais partie d’une association qui met en scène tous les ans des comédies musicales et de l’école de musique de l’Isle-sur-la-Sorgue. 

Dans votre portrait avant votre passage, vous dites ne pas savoir pourquoi vous participez à "The Voice" maintenant. Comment êtes-vous arrivée sur l’émission ?

Ça va vous paraître peut-être fou mais je fais des concours de chant depuis 12 ans. J’avais dit à mon mari qu’à mon âge, j’allais arrêter. J’en ai remporté un à Méjannes-le-Clap l’été dernier, à 200 km de chez moi. L’organisatrice a envoyé ma candidature à "The Voice", mais j’étais loin d’imaginer que j’irais ! Un casteur m’a appelée alors que j’étais chez le coiffeur, j’ai pensé à une blague. Ma mère était persuadée qu’un jour, on m’appellerait pour participer à l’émission. Et elle avait raison !

Reprendre "Piensa en mi", c’est aussi un message que vous vous envoyez ? Cette audition, c’est le moment où vous pensez à vous ?

(Très émue, elle prend quelques secondes pour répondre) C’était la chanson préférée de ma maman. Je n’ai jamais pu lui chanter de son vivant, je l’ai fait le jour de son enterrement. Tout ce qui se dit dans cette chanson, c’est exactement ce que je veux dire à ma maman et à mon mari, à ceux qui ont peut-être besoin qu’on les écoute.

Alain a pu me voir et c’est un bonheur magnifique. Jamais je n’aurais imaginé ça possible
Annamaria à propos de son mari

Votre mari Alain a suivi votre audition à distance. Comment s’est passé le retour à la maison ?

Il était super fier. Il a pu me voir et c’est un bonheur magnifique. Jamais je n’aurais imaginé ça possible. Quand Nikos m’a dit : "J’ai une surprise pour vous" et que j’ai vu Alain et mon frère à côté… C’était extraordinaire, je n’étais pas du tout au courant ! C’est vraiment une aventure qu’on vit tous ensemble.

Avant votre audition, vous dites que "tout arrive" et qu’il "faut y croire". Vous êtes une éternelle optimiste ?

(Elle rit) On va dire que je suis assez joyeuse par nature ! Même si le matin parfois, quand je passe devant le miroir, je pleure un bon coup avant de repartir. Je crois qu’il faut garder cet optimisme. Ça ne fait pas oublier les soucis mais ça change la vie. Il ne faut jamais rien lâcher quoi qu’il arrive. 

Que peut-on vous souhaiter pour la suite de l’aventure "The Voice" ?

Pourquoi pas d’être repérée, même à mon âge ! Je ne sais pas ce qui va se passer par la suite pour moi mais je vis ça comme une parenthèse magnifique de ma vie. Ça s’arrêtera quand ça s’arrêtera ! Je continuerai quand même à chanter tout le temps.

>> "The Voice" - tous les samedis à 21h10 sur TF1 et en replay sur MYTF1


Delphine DE FREITAS

Tout
TF1 Info