Dans le dernier numéro de la revue "Front Populaire", Michel Houellebecq s’en prend à la communauté musulmane.
Choquée, la Grande Mosquée dénonce des propos qui visent à "attiser les discours discriminatoires" et annonce sa volonté de porter plainte.
Par le passé, le lauréat 2010 du Prix Goncourt a régulièrement critiqué l’islam et ses fidèles.

La provocation de trop pour Michel Houellebecq ? Dans un communiqué publié mercredi 28 décembre sur Twitter, la Grande Mosquée de Paris annonce son intention de porter plainte contre l’écrivain suite à "des propos très graves sur les musulmans de France", publiés en novembre dernier dans Front Populaire, la revue politique de Michel Onfray.

"Le souhait de la population française de souche, comme on dit, ce n’est pas que les musulmans s’assimilent, mais qu’ils cessent de les voler et de les agresser. Ou bien, autre solution, qu’ils s’en aillent", estime le lauréat 2010 du Prix Goncourt dans le cadre d’une discussion avec le philosophe. "Quand des territoires entiers seront sous contrôle islamique, je pense que des actes de résistance auront lieu", dit encore l'auteur de 66 ans. "Il y aura des attentats et des fusillades dans des mosquées, dans des cafés fréquentés par les musulmans, bref des Bataclan à l’envers."

"Des phrases inacceptables et d’une brutalité sidérante"

Dans son communiqué, la Grande Mosquée de Paris estime que "ces phrases lapidaires de Michel Houellebecq sont inacceptables et d’une brutalité sidérante. Elles ne visent pas à éclairer un quelconque débat public mais à attiser les discours discriminatoires, et donc les actes."

Ce n’est pas la première que l’écrivain s’attaque à la communauté musulmane. "La religion la plus con, c'est quand même l’islam. Quand on lit le Coran, on est effondré… effondré !", estimait-il dans une interview au magazine Lire, en 2001 à l’occasion de la sortie de Plateforme. "L'islam est une religion dangereuse, et ce depuis son apparition."

Michel Houellebecq insistait à la même époque dans un entretien publié dans Le Figaro. "La lecture du Coran est une chose dégoûtante", lâchait-il. "Dès que l'islam naît, il se signale par sa volonté de soumettre le monde. Sa nature, c'est de soumettre. C'est une religion belliqueuse, intolérante, qui rend les gens malheureux".

Ces propos allaient en partie nourrir Soumission, son roman paru le 7 janvier 2015, le jour de l’attentat de Charlie Hebdo. L’écrivain y mettait en scène l'arrivée au pouvoir en France d'un président issu d'un parti politique musulman en 2022. En tête des ventes pendant plusieurs semaines, le livre s’est vendu à plus de 2 millions d’exemplaires.


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info