Ce mardi 7 mars s'ouvre l'exposition "Célébration Picasso, la collection prend des couleurs".
Pour marquer les 50 ans de la mort du peintre espagnol, le célèbre styliste a relooké le musée Picasso à Paris.
Une initiative qui invite le public à revoir les œuvres de Pablo Picasso sous un nouveau jour.

C'est une rencontre aussi inattendue que réjouissante. Pour célébrer les cinquante ans du célèbre peintre espagnol, le musée Picasso a confié à Paul Smith la direction artistique de l'exposition, "Célébration Picasso, la collection prend des couleurs !", qui s'ouvre ce mardi. Rayures multicolores, surfaces monochromes, papier-peint vintage, moquette bleu nuit ou vert profond, le célèbre styliste britannique a complètement métamorphosé les trois étages de l'Hôtel Salé, qui abrite le musée Picasso, au cœur du quartier du Marais à Paris. 

"J'ai eu carte blanche pour faire ce que je voulais, ce qui était tout à la fois fantastique et effrayant !", a confié le créateur de 76 ans à l'AFP. "J'ai choisi de le faire très décoratif' car "l'idée initiale était pour moi d'amener le public à regarder Picasso sous un nouveau jour, notamment les jeunes générations", ajoute ce coloriste hors pair.

Une réflexion sur l'œuvre de Picasso

À la place des anciens murs blancs, un flot de rose, de bleu, de vert, de rouge sang, des jeux de lumière naturelle géométriques et de papiers-peints sophistiqués aux teintes pastel, reprenant avec exactitude certaines couleurs des œuvres de Picasso, accueillent le visiteur. Avec un "classicisme décalé" sur lequel il a bâti son empire, Paul Smith y a aussi imprimé partout les rayures multicolores qui ont fait sa marque de fabrique.

"Un pari" pour la directrice du musée, Cécile Debray, dont l'institution pilote les commémorations en France et "n'a pas vocation à être un mausolée au grand homme" mais "à s'ouvrir aux débats et la réflexion sur Picasso afin de relire l'œuvre et d'en montrer la vitalité". Des Demoiselles d'Avignon aux collages, de la période bleue aux représentations du cirque en passant par le Déjeuner sur l'herbe, la tauromachie, le bestiaire de Picasso ou la céramique, loin d'engloutir les chefs-d'œuvre du maître espagnol, la palette du styliste britannique en accentue la force et la modernité.

"J'ai regardé 200.000 œuvres mais, lorsqu'on se concentre sur l'œuvre, c'est sa différence qui rend Picasso si inspirant et le fait qu'il n'a jamais eu peur de reconnaître ses sources d'inspiration : Cézanne, les grands classiques ou Manet, contrairement à tant de créateurs et de musiciens aujourd'hui qui n'admettent pas qu'ils ont été influencés par d'autres", poursuit Sir Smith. 

"Il a commencé très, très jeune comme artiste, il n'a cessé de rechercher de nouvelles idées, de nouvelles formes. Et c'est ce qu'il faut faire. Pour rester indépendant et pertinent pendant toutes ces années, vous devez sans cesse réévaluer, repenser, et c'est peut-être la raison pour laquelle on m'a demandé de faire cette exposition, parce que je pense tout le temps comme ça", s'amuse Paul Smith en mimant des chemins de traverse.

"Célébration Picasso, la collection prend des couleurs", du 7 mars au 27 août 2023, au Musée national Picasso-Paris,

5 rue de Thorigny, 75003 Paris. Toutes les informations sur le site du musée www.museepicassoparis.fr.


Rania HOBALLAH

Tout
TF1 Info