"Regarder du porno dès l’âge de 11 ans a détruit mon cerveau" : la terrible confidence de Billie Eilish

Jérôme Vermelin
Publié le 15 décembre 2021 à 11h20
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

MISE EN GARDE - Dans une interview accordée à l’animateur Howard Stern, Billie Eilish révèle avoir commencé à regarder du porno lorsqu’elle était encore enfant. La chanteuse en explique les conséquences terribles pour sa santé mentale et sa vie sexuelle.

Elle a été une enfant comme les autres, ou presque. Propulsée sur le devant de la scène alors qu’elle était encore mineure, Billie Eilish fêtera ses 20 ans le 18 décembre prochain. Invitée en début de semaine de l’animateur radio Howard Stern, la chanteuse américaine a évoqué sans détour sa consommation précoce de pornographie.

"Je pense que le porno est une honte", a expliqué l’interprète de "Bad Guy". "J’en regardais beaucoup, pour être honnête. J’ai commencé quand j’avais genre 11 ans", a-t-elle ajouté précisant alors vouloir faire "comme les autres". "Je pense que ça a vraiment détruit mon cerveau et aujourd’hui je suis dévastée d’avoir été exposée à autant de pornographie".

Des conséquences sur sa sexualité

Très sincère, Billie Eilish a également confié que cette addiction avait eu des conséquences néfastes sur son approche de la sexualité. "Les premières fois, je ne savais pas dire non à des choses qui n’étaient pas bonnes pour moi", a-t-elle avoué au sujet de certaines pratiques. "Tout ça parce que je pensais que j’étais supposée être attirée par ces choses."

Le témoignage de la chanteuse prend un relief particulier au moment où de nombreux pays envisagent de renforcer leur législation pour contrer la diffusion de la pornographie sur Internet. En France, le CSA a haussé le ton cette semaine envers cinq sites très populaires, les sommant d’empêcher d’ici 15 jours l’accès de leurs contenus aux mineurs, sous peine de demander leur blocage à la justice.

Protégeons-nous assez les enfants face à la pornographie ?Source : Brunet Direct
Cette vidéo n'est plus disponible

D’après une étude commandée en 2018 par le Fonds Actions Addictions, un jeune sur cinq (dont 15% des 14-17 ans) admet regarder de la pornographie au moins une fois par semaine. 9% une fois par jour et 5% plusieurs fois par jour, avec des conséquences psychologiques graves pour les plus fragiles.


Jérôme Vermelin

Tout
TF1 Info