"Rogue One" : la saga "Star Wars" revient (encore)... et ce n'est vraiment qu'un début !

Jérôme Vermelin
Publié le 8 décembre 2016 à 18h31
"Rogue One" : la saga "Star Wars" revient (encore)... et ce n'est vraiment qu'un début !

Source : Disney

EVENEMENT – C’est mercredi 14 décembre que les fans français pourront découvrir "Rogue One", le premier film dérivé de la saga Star Wars, un an tout juste après le carton de l’épisode VII, "Le Réveil de la Force". Et l’intrigue reste toujours aussi bien gardée…

Attention, attaque imminente ! Il y a quelques heures, un X-Wing, mythique vaisseau de combat de la saga Star Wars, a posé ses ailes sur une contre-allée de Hollywood Boulevard. Immortalisé sur les réseaux sociaux, il devrait faire bonne figure, samedi soir, lors de l’avant-première américaine de Rogue One, le spin-off de la saga de George Lucas qui sera sur les écrans français le mercredi 14 décembre, et deux jours plus tard aux Etats-Unis.

En tournée promotionnelle depuis déjà plusieurs semaines, le réalisateur Gareth Edwards et ses acteurs principaux, Felicity Jones et Diego Luna, étaient à Tokyo, au Japon, ce mercredi pour assurer la promo du film le plus attendu de cette fin d'année. Et qui devrait, en toute logique, prendre la tête du box-office dans le monde entier dès sa sortie. Comme un air de déjà-vu ? A peine...

Un an après la sortie du septième volet, Le Réveil de la Force, qui a généré plus de 2 milliards de dollars de recettes, la franchise Star Wars est définitivement entrée dans une nouvelle ère. Racheté par Disney en 2012, la société de production Lucasfilm a vu les choses en grand. Et décidé de proposer un film par an jusqu’en 2020. A commencer par ce Rogue One qui aura le goût et la couleur d’un épisode de Star Wars, mais pas tout à fait…

Située entre l’épisode III, La Revanche des Sith, et l’épisode IV, La Guerre des Etoiles, l’intrigue de Rogue One met en scène Jyn Erso (Felicity Jones), une jeune femme solitaire chargée par l’Alliance Rebelle de dérober les plans de l’Etoile de la mort, l’arme de destruction massive de l’Empire. Avec l’aide du Capitaine Cassian Andor (Diego Luna) et d’une équipe de mercenaires, elle devra déjouer la surveillance des Stormtroopers et de leur chef, un certain… Dark Vador.

C’est  donc à Gareth Edwards, 41 ans, réalisateur du séduisant Monsters, et d’un remake discutable de Godzilla, que Lucasfilm a confié la réalisation de cet opus qu’on annonce plus proche d’ un film de guerre à l’ancienne, du moins dans sa construction, que d’un blockbuster bondissant comme les films de la saga. Une foule de rumeurs ont émaillé la production, et notamment la réécriture en cours de route du script Chris Weitz par Tony Gilroy (Michael Clayton), lequel se serait vu confier le tournage de plusieurs scènes additionnelles. Mais aussi d’une nouvelle fin, celle prévue à l’origine n’ayant pas convaincu les producteurs. 

Comme Le Réveil de la Force, l’an dernier, Rogue One est entouré de mystère, Disney demandant aux journalistes qui verront le film en avant-première de ne pas éventer des éléments clés du scénario. On pense notamment aux liens qui pourraient unir Jyn Erso avec Rey, le personnage féminin incarné dans la nouvelle trilogie par Daisy Ridley. Interrogé il y a quelques jours par l’agence Reuters, Gareth Edwards assure toutefois qu’il n’est pas nécessaire d’avoir vu les films précédents pour apprécier le sien.

Donne envie de voir (ou revoir) les autres films de la saga

"Mon but, si on a bien fait notre job, c’est qu’au moment où le film s’achève, la première chose que vous ayez envie de faire est de revoir La Guerre des Etoiles et les autres films, mais aussi de les découvrir si vous ne les connaissiez pas avant", explique le cinéaste, qui n'avait que deux ans lors de la sortie du premier film de George Lucas. Signe que le nouveau Star Wars ne mise pas uniquement sur la nostalgie, Rogue One ne sera pas précédé du célèbre générique-texte de la saga. Et pour la première fois la bande-originale a été confiée non pas au vétéran John Williams mais à Michael Giacchino, auteur des BO de nombreux films Disney et du récent Doctor Strange.

Mine de rien, Disney joue gros avec ce spin-off dont le succès confirmera, ou pas, sa stratégie ambitieuse pour la saga. Rogue One sera en effet suivi l'an prochain de l'Episode VIII, dont Rian Johnson vient de terminer le tournage. Suivra un deuxième spin-off, consacré à la jeunesse de Han Solo, en 2018, avec l'acteur Alden Ehrenreich dans le rôle immortalisé par Harrison Ford. Puis l'épisode IX en 2019, sous la direction de Colin Trevorrow. Avant un troisième film dérivé, en 2020, dont le scénario est encore en cours d'écriture...


Jérôme Vermelin

Tout
TF1 Info