De la réalité à l'écran : quand Viktor Bout inspirait le film "Lord of War" avec Nicolas Cage

par Jérôme VERMELIN
Publié le 9 décembre 2022 à 19h24
JT Perso

Source : Sujet JT LCI

Le trafiquant d'armes russe Viktor Bout vient de faire l'objet d'un échange de prisonniers avec la basketteuse américaine Brittney Griner.
Depuis 2012, celui qu'on surnomme "le marchand de mort" purgeait une peine de 25 ans de prison aux États-Unis.
Son incroyable destin a en partie inspiré le personnage principal de "Lord of War", le film d'Andrew Niccol avec Nicolas Cage.

C’est un personnage "plus grand que la vie" comme Hollywood les adore. Incarcéré dans l’Illinois depuis sa condamnation à 25 ans de réclusion criminelle en 2012, le marchand d’armes Vitkor Bout a retrouvé la liberté ce jeudi dans le cadre d’un échange avec la basketteuse Brittney Griner, détenue en Russie depuis plusieurs mois pour trafic de drogue. Pour ce charismatique quinquagénaire à moustache, c’est un nouvel épisode de l’incroyable saga qui a directement inspiré Lord of War, l'excellent film d’Andrew Niccol sorti en 2005.

À l’écran, Nicolas Cage incarne Yuri Orlov, un homme dont les parents ukrainiens ont fui l’Union Soviétique durant la Guerre Froide. Avec son jeune frère joué par Jared Leto, il s’est lancé dans le commerce des armes dans le quartier de Little Odessa, à Brooklyn, avant d’élargir son business au monde entier sans le moindre scrupule. "Il y a une arme pour douze personnes sur cette planète", explique-t-il au début du film. "La seule question, c’est de savoir comment on arme les onze autres".

Pour écrire son personnage, le réalisateur de Bienvenue à Gattaca a puisé dans l’histoire de cinq vrais trafiquants d’armes. Il a même rencontré plusieurs d’entre eux, même s’il n’a jamais dit lesquels. Toujours est-il que le vrai Viktor Bout a un parcours un peu différent de son Yuri Orlov. Né au Tadjikistan, il a étudié à l’Institut militaire des langues étrangères avant de travailler comme traducteur au sein de l’aviation russe. Après la chute du mur de Berlin, il se reconvertit dans le trafic d’armes en revendant à bas prix les stocks des bases militaires soviétiques à l’abandon… comme Yuri dans Lord of War

Dans les années 1990, Viktor Bout prospère grâce aux conflits qui se multiplient en Afrique. En Angola, au Soudan, au Rwanda ou encore au Libéria où il fournit le régime de Charles Taylor dans sa lutte contre les rebelles. C’est un autre point commun avec le film puisque le personnage incarné par Nicolas Cage travaille de manière étroite avec André Baptiste Sr., un dictateur africain très largement basé sur le vrai Charles Taylor. Par la suite, il sera également impliqué dans la guerre en Irak et en Afghanistan.

Il reconnaît la violence qui existe en chacun d’entre nous et il veut juste l’exploiter

Le réalisateur Andrew Niccol

Avions privés, sociétés écrans et costumes cravates… Vikor Bout s’est toujours présenté comme un businessman "comme les autres", se défendant d’épouser les causes de ses clients. Un mode de pensée qu’on retrouve chez Yuri Orlov. "Ce n’est pas un homme violent", estimait le réalisateur Andrew Niccol à propos de son personnage dans une interview accordée au site Comingsoon.net. "Mais il reconnaît la violence qui existe en chacun d’entre nous et il veut juste l’exploiter".

Dans Lord of War, Yuri est traqué par Jack Valentine, un agent d’Interpol joué par Ethan Hawke qui finit par l’arrêter après plusieurs tentatives manquées… avant d’être contraint de le relâcher sur les ordres d’un haut gradé de l'armée américaine. Manière pour Andrew Niccol de montrer que celui qu’on surnomme "le marchand de mort" est un mal nécessaire puisqu’il vend aussi des armes aux alliés des États-Unis. Un vrai-faux happy end puisque le personnage est aussi sympathique qu'immoral.

Lire aussi

Viktor Bout, lui, sera arrêté trois ans après la sortie du film, coincé par des agents de la DEA en Thaïlande, soupçonné d’avoir tenté de vendre des missiles aux FARC, les rebelles en Colombie. En 2010, il est extradé vers les États-Unis, malgré les protestations de la Russie. Le 5 avril 2012, il est condamné à 25 ans de prison et 15 millions de dollars d’amende pour trafic d’armes, achat illégal d’avion, fraude électronique et blanchiment d’argent. Depuis, Moscou avait promis de tout faire pour le faire sortir de prison. C’est chose faite. Bientôt un Lord of War 2 ?


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info