Moins de striptease, plus de galères : la bande de "The Full Monty" se reforme sur Disney+

Publié le 14 juin 2023 à 8h00, mis à jour le 14 juin 2023 à 9h55

Source : TF1 Info

26 ans après les évènements du film culte, les ex-sidérurgistes de Sheffield reprennent leur histoire dans une série de huit épisodes.
L’Angleterre de 2023 n’est pas forcément plus reluisante que celle de 1997 et traverse une vaste crise économique qui secoue le groupe.
TF1info s’est entretenu avec le casting original, dont Robert Carlyle, qui retrouve avec bonheur des personnages toujours aussi attachants.

C’est l’histoire d’une joyeuse bande du Nord de l’Angleterre qui a conquis le monde entier avec leur détermination pas comme les autres. Et une idée franchement saugrenue. Inspirés par les Chippendales, six sidérurgistes au chômage de Sheffield se décident à monter leur propre spectacle de striptease. En signant pour The Full Monty, Robert Carlyle, qui venait de triompher dans Trainspotting, n’imaginait pas la tornade qui allait suivre. "Je m’étais dit que c’était un film indépendant britannique à petit budget qui pourrait bien fonctionner au Royaume-Uni. C’est incroyable qu’il ait voyagé comme ça", souligne l’acteur écossais de 62 ans, conscient que ce trésor de la comédie british lui "a ouvert de nombreuses opportunités" aux États-Unis.

Le créateur original aux manettes

Sorti en 1997, The Full Monty récolte près de 260 millions de dollars au box-office mondial. En France, ils sont près de 3,5 millions de curieux à se ruer dans les salles. Le phénomène se déclinera en comédie musicale à Broadway et en pièce de théâtre. Plus de deux décennies plus tard, le gang de Sheffield revient avec une suite concoctée par Simon Beaufoy, scénariste et réalisateur du film original. "Il a été approché à plusieurs reprises pendant des années mais il n’était pas intéressé. Moi non plus pour être honnête. Il m’a recontacté il y a deux ans pour me demander si je serais intéressé par une série en huit épisodes qui parlerait de l’état de la vie des personnages et de celui du pays. J’ai trouvé que c’était une bonne idée", nous explique Robert Carlyle lors d’une table ronde virtuelle.

undefinedundefinedDisney+

Son titre ? The Full Monty, tout simplement. Disponible sur Disney+ dès le 14 juin, la série compte à sa manière les 26 années qui la sépare de son modèle en énumérant d'emblée les sept Premiers ministres passés par Downing Street. "Tout est politique", insiste dans le premier épisode Dennis, nouveau venu dans le groupe qui enregistre le retour de ses interprètes cultes, âgés entre 59 et 72 ans. Un premier épisode qui prend d’ailleurs le nom de la campagne du gouvernement britannique pour redresser la barre d’une économie défaillante, "Levelling up" - "nivellement par le haut". De quoi refléter "exactement la manière dont se porte le Royaume-Uni en ce moment".

Peut-être même que les choses se sont aggravées depuis. Ce pays est un peu dans le pétrin en ce moment
Robert Carlyle

"C'est 26 ans de gouvernements conservateurs, 26 ans d’austérité. Ça a fragilisé ces personnages et leurs vies mais aussi l’infrastructure même du pays", note Robert Carlyle pour qui la situation n’a pas tant changé que ça entre 1997 et 2003. "Peut-être même que les choses se sont aggravées depuis. Ce pays est un peu dans le pétrin en ce moment. Le mécontentement et l’insatisfaction touchent de nombreux milieux sociaux différents. Les cheminots font grève, les infirmières aussi. C’est vraiment triste", poursuit-il.

Gaz (Robert Carlyle) travaille dans un hôpital psychiatrique mais ne s’est pas assagi, multipliant les mauvais coups pour sortir la tête de l’eau. Son fils Nathan, qui approche désormais de la quarantaine, est officier de police (Wim Snape). Sa fille Destiny (Thalita Wing), née bien après les évènements du film, a hérité de lui un caractère bien trempé qui lui vaut quelques problèmes au lycée. Lomper ( Steve Huison) a bien du mal à faire vivre le café qu’il tient avec son mari, le fameux Dennis (Paul Clayton). Horse (Paul Barber) n’arrive lui plus à se nourrir correctement et peine à recevoir ses aides sociales. Quant à Jean (Lesley Sharp) et Dave (Mark Addy), ils travaillent ensemble dans le même lycée. Elle est la proviseure d’un établissement qui tombe en ruines par manque de financements, lui en est le concierge. Leur mariage, marqué par un drame personnel, bat de l’aile.

undefinedundefinedDisney+

Sans jamais verser dans le larmoyant, The Full Monty dresse un portrait à la fois juste et engagé de son époque. "C’est ce que faisait le film. Cette fois encore, la série le fait très bien car elle est capable de trouver un équilibre entre des moments comiques et ces thématiques très fortes pour la classe ouvrière ", assure Robert Carlyle. C’est dans l’adversité que son personnage et ses amis dévoilent leur plus grande force. Un sens de la communauté inébranlable, à l’image de celui qui anime une partie du Royaume-Uni en ces temps de crise. "Certains au quotidien n’ont pas assez, sont financièrement, philosophiquement, spirituellement et émotionnellement sous-alimentés par leur gouvernement mais ils trouvent néanmoins du réconfort auprès des leurs", met en avant Lesley Sharp. 

Ça nous a suivis, c’est une scène iconique mais j’en fais encore des cauchemars !
Mark Addy sur le striptease du film original

"Ils osent et ils font de leur mieux. Mais ce qui serait génial, c’est que cet esprit soit reconnu et apprécié", lâche-t-elle. À ses côtés, Mark Addy ne se fait pas prier pour rappeler que la série "ne parle même pas du Brexit !" Elle ne parle pas de striptease non plus. "C’est l’une des questions que tout le monde avait en tête quand Simon a parlé du projet. Mais heureusement, il nous a tranquillisés sur le sujet", sourit Mark Addy, ajoutant dans un éclat de rire que "c’est mieux pour toutes les personnes concernées que ça ne se produise pas !"

Doit-on encore rappeler qu’à la fin du film, les acteurs finissaient totalement nus après s’être déshabillés au rythme de "You can leave your hat on" de Joe Cooker ? "À une époque, vous ne pouviez pas rentrer dans un bar sans que quelqu’un ne la mette dans le jukebox. Ça nous a suivis, c’est une scène iconique mais j’en fais encore des cauchemars !", raconte Mark Addy. "Je pense que personne ne voulait voir ces gars se déshabiller en 1997, encore moins en 2023 ! J’espère qu’ils ne seront pas déçus !", s’amuse Wim Snape. 

"C’est drôle parce que les gens parlent du striptease dans The Full Monty alors que ça ne représente qu’une toute petite partie de leur histoire. Il y a un clin d’œil dans la série mais Dieu merci, mon père garde ses vêtements cette fois !", lance-t-il en parlant de Robert Carlyle. Si ce qui faisait le sel du film The Full Monty est aux abonnés absents, son cœur est lui intact. Un récit d’une grande humanité qui méritait bien de prendre des nouvelles de nos touchants danseurs amateurs de Sheffield.

>> The Full Monty, la série et le film - disponibles sur Disney+


Delphine DE FREITAS

Tout
TF1 Info