Verif'

"Sound of Freedom" sort en France : pourquoi ce film anime la sphère complotiste

Publié le 13 novembre 2023 à 18h26, mis à jour le 14 novembre 2023 à 10h31

Source : Sujet TF1 Info

Un thriller américain sur des enfants victimes d’un trafic sexuel sort ce mercredi 15 novembre dans les salles françaises.
Sorti cet été aux États-Unis, il a capté l’intérêt des QAnon, qui y voient une confirmation de leurs thèses complotistes.

"Aller le voir et en parler sera un acte militant qui va enfin placer la lutte contre la pédocriminalité au centre du débat en France", a déjà garanti Karl Zéro. Alors que sort mercredi 15 novembre dans les salles françaises le film américain Sound of Freedom, c’est toute une frange de complotistes qui trépigne d’impatience. À commencer par Karl Zéro et son obsession de lutter contre un trafic mondial d’enfants. 

L'histoire vraie de Tim Ballard

Réalisé par Alejandro Monteverde, ce thriller de 2h raconte l’histoire d’un agent fédéral américain ayant mis "288 pédophiles" derrière les barreaux et inspirée de la vie de Tim Ballard. Ce mormon, père de neuf enfants, est connu pour avoir fondé une ONG, Operation Underground Railroad, au secours des enfants victimes de trafic. Car Sound of Freedom aborde les dessous d’un vaste réseau pédocriminel, étendu aux quatre coins du monde. Avec comme fil rouge l’enquête menée par Tim Ballard pour retrouver un petit garçon et sa grande sœur, enlevés à leur père au début de l’histoire. 

Le film Sound of Freedom en Une du site d'AlloCiné
Le film Sound of Freedom en Une du site d'AlloCiné - DR

Selon Angel Studio, qui a produit le film, "ce drame plein d'action met en lumière la dure réalité du trafic sexuel et les vaillants efforts de ceux qui travaillent sans relâche pour le combattre". Une position du film est d’aborder le récit sous le prisme de la religion. Le personnage principal incarné par Jim Caviezel invoque souvent sa foi pour l’aider à mener à bien sa mission, ou pour rétorquer par exemple que "les enfants de Dieu ne sont pas à vendre". 

C’est peut-être pour cette raison que la droite américaine conservatrice s’est très vite emparée de cette fiction, qui a pu être promue sur le plateau de Fox News ou par Donald Trump et Ted Cruz, côté républicain. En France, le film est distribué en salles par Saje Distribution, spécialisé dans les films religieux. On peut citer Vaincre ou Mourir, film sur la guerre de Vendée produit par le Puy du Fou, ou Unplanned, opposé à l’avortement et programmé sur C8 en 2021. 

Une inspiration pour les QAnon

Sound of Freedom ne diffuse pas de thèses complotistes à proprement parler, mais a été récupéré par la mouvance QAnon depuis sa sortie sur grand écran aux États-Unis. Celle-ci y a vu la confirmation de ses thèses et notamment de la théorie de l’adrénochrome, selon laquelle les élites mondiales participeraient à un vaste réseau d’enlèvements d’enfants pour consommer leur sang et récolter de l’adrénochrome pour conserver leur jeunesse. Un mythe totalement infondé, trouvant tout de même un certain public aux États-Unis et en France.  

Ce n’est pas tant le récit de Sound of Freedom qui a été une source d’inspiration pour la sphère conspirationniste. En revanche, les deux hommes autour du récit ont pu servir de caisse de résonance : le vrai Tim Ballard et l'acteur qui l'incarne à l’écran. Tous deux ont déjà exprimé leur adhésion à la théorie de l’adrénochrome. Le premier a estimé que cette thèse pouvait se vérifier dans certains pays d’Afrique, tandis que le second a expliqué que de l’adrénochrome était obtenu grâce à la "torture de petits enfants". Un embarras qui s’est ressenti jusque dans l’équipe du film, puisque le réalisateur a pris ses distances avec son acteur. Auprès de Variety, Alejandro Monteverde est revenu aux origines du projet et souligné avoir choisi Jim Caviezel pour ses talents d’acteur et sa ressemblance physique avec Tim Ballard. Et donc pas pour ses idées, qu’il exprime publiquement à travers des rassemblements QAnon.

Sound of Freedom est aussi attendu par un certain public français, adepte de ces théories et qui criait jusqu’ici à la censure. Alors que la version intégrale du film est encore très peu accessible en ligne, des groupes Telegram se sont déjà fait leur opinion. "La mise en lumière sur le trafic humain et celui des enfants devient maintenant une réalité pour de nombreux somnambules. Il est temps de montrer la vérité aux gens", peut-on lire sur une chaine Telegram à l’annonce de sa sortie en France. Sur une autre, on demande "le lien de ce film censuré en France mais pas aux USA". Faisant abstraction de l’univers complotiste gravitant autour de la fiction, le JDD et Valeurs Actuelles ont déjà dénoncé la "campagne de dénigrement hors norme" ou "l’insupportable omerta médiatique" qu’elle subissait. 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur X : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Caroline QUEVRAIN

Tout
TF1 Info