"Syndrome E" : peut-on pleurer des larmes de sang comme l’héroïne de la série de TF1 ?

Jérôme Vermelin
Publié le 29 septembre 2022 à 23h00
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Dans le premier épisode de "Syndrome E", diffusé jeudi soir sur TF1, l’héroïne Lucie Hennebelle se met à pleurer des larmes de sang.
Un phénomène étrange et spectaculaire qui s’inspire d’une maladie rare, mais bien réelle : l’hémolacrie.

C’est l’une des scènes marquantes du premier épisode de Syndrome E, la nouvelle série policière de TF1 inspirée du roman à succès de l’écrivain Franck Thilliez. Appelée au secours par Mathias, une vieille connaissance, Lucie Hennebelle, l’héroïne incarnée par Jennifer Decker, se met à pleurer des larmes de sang après avoir visionné un mystérieux film en noir et blanc. 

Dans un état second, la jeune femme tire sur son partenaire et amant avant de reprendre ses esprits quelques instants plus tard. De nouveau confrontée à ces images lors d’un examen médical en présence du commissaire Sharko, joué par Vincent Elbaz, la policière sera de nouveau victime de ce phénomène aussi étrange que spectaculaire. Crédible ? C’est une autre histoire.

Dans "Syndrome E", Lucie Hennebelle (Jennifer Decker) pleure des larmes de sang après avoir visionné des images subliminales. - TF1

Phénomène rare, l’hémolacrie est une pathologie qui entraîne l’écoulement de sang au niveau des yeux, du nez et même de la racine des cheveux. Conjonctive bactérienne, mauvaise coagulation sanguine, voire tumeur dans l’appareil lacrymal… Les causes sont multiples, plus ou moins graves, et ne trouvent pas toujours de traitement adéquat.

En 2016, une mère française racontait dans L’Obs le calvaire de sa fille de 14 ans, atteinte d’endométriose lacrymale, l’adolescente saignant des yeux, du nez et de la bouche de manière chronique. En mars 2021, une étude du British Medical Journal détaillait un cas similaire chez une jeune femme indienne de 24 ans durant ses règles.

Dans la série c'est un "parti pris fantastique"

Dans le livre de Franck Thilliez, les personnages qui visionnaient le film en noir et blanc étaient subitement atteints de cécité. Ce n’était pas le cas de Lucie, simplement spectatrice de ce phénomène. Pour les besoins de la série, le scénariste Mathieu Missoffe a souhaité que le personnage souffre elle-même du mal sur lequel elle enquête. Mais plutôt que de la rendre aveugle, il a choisi de lui faire pleurer du sang.

"C’est un parti pris fantastique", explique-t-il à TF1info. "Si l’hémolacrie existe bien, la possibilité pour que des images subliminales heurtent le cerveau au point de créer une réaction physiologique extrême, et en l’occurrence faire pleurer du sang, ça n’arrive pas dans la vraie vie." Autant dire que vous pouvez regarder la suite de la série la semaine prochaine sans aucun risque.

Lire aussi

À sa manière, Syndrome E rend hommage à quelques classiques du genre. On pense notamment aux larmes de sang de Chiffre, le méchant du James Bond Casino Royale, joué par Mads Mikkelsen. Aux mangas Ganz et Naruto. Mais aussi aux vampires sexy de la série True Blood qui se mettaient à pleurer tout rouge lorsqu’ils étaient en colère… Ou simplement très tristes.

>> Syndrome E. Épisodes 3 et 4 jeudi prochain à 21h10 sur TF1. L'intégralité de la série est disponible sur Salto


Jérôme Vermelin

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info